Discussion:
El serait Enlil et Yahvé serait Enki (ou EA) chez les sumériens
(trop ancien pour répondre)
elmoi
2006-07-24 12:52:05 UTC
Permalink
Extraits de: © 2002 /2005 - SecreteBase - Tous droits réservés
La religion sumérienne et la Bible

Abraham, était sumérien [d'autres sources disent akkadien, et s'il avait
été sumérien il ne serait pas sémite, ndrl], natif de Ur. Il ne fait
donc pas de doute qu'il ne fut pas monothéiste de naissance, bien au
contraire [ce qui n'exclut pas forcément qu'il soit akkadien, ndrl]. Il
adorait très probablement les dieux sumériens, au sommet duquel se
trouvait la Divine Triade ( An, Enlil et Enki ).

Abraham reçut un appel de Dieu à l'âge de 75 ans (Genèse 12). Dieu lui
demandait de quitter Sumer pour s'établir en Canaan ( Israël ) et
appelait Abraham à se consacrer à Lui.

Dans l'hébreu du texte original, ce Dieu était " El ", le dieu principal
du panthéon cananéen, le dieu du temps.

El est la forme cananéenne évoluée du dieu sumérien " Enlil ". Par
transformations linguistiques successives " Enlil " (sumérien primitif),
se transforma en " Ellil "(akkadien) puis devint " El " en cananéen.
Enlil était le dieu du vent chez les sumériens, chez les akkadiens, il
était aussi le dieu de l'air et du ciel, chez les cananéens il était le
dieu du Temps.

[...]
" Yahvé " n'est peut-être pas non plus étranger au panthéon sumérien,
sous une forme plus primitive, avant les évolutions linguistiques
habituelles, " Yahvé " était probablement connu des sumériens sous le
nom d' " Enki " ou " Ea " (qui se prononce Eyah), le fameux dieu qui
sauva les hommes du déluge, le dieu des eaux, celui qui participa à la
création du monde avec Enlil.



William Bramley écrit dans " Die Götter von Eden " sur les Sumériens : "
Sur les tablettes mésopotamiennes, la création de l'HOMO SAPIENS est
attribué surtout à un " Dieu ". Le nom de ce " Dieu " est EA. Il aurait
été le fils d'un roi de ces extra-terrestres qui, dit-on, régnait sur
une autre planète appartenant au vaste royaume de cette race
extra-terrestre. Le prince EA était connu sous le titre " ENKI " ( le
seigneur ou le prince) de la Terre. D'après les textes des Sumériens, le
titre d'EA n'était pas tout à fait approprié. Il aurait perdu au profit
de son demi-frère " ENLIL " d'immenses territoires de la Terre sur
lesquels il régnait, suite à une des innombrables rivalités et intrigues
qui préoccupaient apparemment les régnants de cette civilisations
extra-terrestres. "

On attribue à EA PRINCE DE LA TERRE non seulement la " création de
l'homme " mais aussi beaucoup d'autres réalisations. Il aurait asséché
les marais du golfe Persique pour les remplacer par des terres fertiles,
il aurait construit des digues et des bateaux et aurait été un bon
scientifique. Par sa création de l'homo sapiens, il donna la preuve
qu'il s'y entendait dans la technique génétique, mais, si on en croit
les tablettes en argile, cela nécessita beaucoup d'expérimentations. Et,
ce qui est important, c'est qu'il aurait été bienveillant avec sa
création, l'homo sapiens. D'après les textes de Mésopotamie, EA prit
parti pour le nouveau genre humain au conseil des extra-terrestres. Il
s'éleva contre beaucoup de cruautés que d'autres extra-terrestres, et
parmi eux son frère Enlil, infligèrent aux hommes. Il ressort des
tablettes sumériennes qu'il ne voulait pas faire de l'homme un esclave
mais qu'il fut mis en minorité par les autres. Les hommes qui n'étaient
pour eux rien d'autre que des bêtes de somme furent traités cruellement
par leur maîtres. On parle dans les tablettes de famines, maladies et de
ce que nous appelons aujourd'hui, la conduite de guerre biologique. Mais
comme ce génocide ne faisait pas assez régresser la population humaine,
les extra-terrestres décidèrent d'exterminer les hommes en provoquant un
grand déluge.

============================

D'après la thèse de Sitchin, (*) les " ANNUNAKIENS " des mythes
sumériens, " ceux qui descendaient du ciel sur la Terre ", étaient des
extra-terrestres venant d'une planète encore inconnue de notre système
solaire qui fait le tour du Soleil en 3600 ans. Ces Annunakiens
atterrirent pour la première fois sur notre Terre il y a environ 450.000
ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire de l'or et
d'autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l' HOMO
SAPIENS il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations
génétiques sur des femelles d'hominiens. Ils avaient besoin d'aide, car
ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La
Mésopotamie fut leur première colonie.

(*) Zecharia Sitchin, auteur de " Am Anfang war der Fortschritt " ( Au
début était le progrès ) et de " Der zwölfte Planet " ( La douzième
planète ), maîtrise, entre autres, l'araméen, la langue de Jésus et de
ses disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire
l'écriture des anciens SUMERIENS

-------------------------------------------

Et ça nous amène à Nibiru mais là n'est pas le propos.

Une autre lecture de la Genèse (celle que je défends) rejoint cette
vision d'existence d'itis dont je parlais dans mes derniers posts.

Je n'ajoute pas de commentaires, à chacun d'y voir ce qu'il veut...
Omeyocan
2006-07-24 13:43:36 UTC
Permalink
Post by elmoi
Extraits de: © 2002 /2005 - SecreteBase - Tous droits réservés
La religion sumérienne et la Bible
Abraham, était sumérien [d'autres sources disent akkadien, et s'il avait
été sumérien il ne serait pas sémite, ndrl], natif de Ur. Il ne fait donc
pas de doute qu'il ne fut pas monothéiste de naissance, bien au contraire
[ce qui n'exclut pas forcément qu'il soit akkadien, ndrl]. Il adorait très
probablement les dieux sumériens, au sommet duquel se trouvait la Divine
Triade ( An, Enlil et Enki ).
Abraham reçut un appel de Dieu à l'âge de 75 ans (Genèse 12). Dieu lui
demandait de quitter Sumer pour s'établir en Canaan ( Israël ) et appelait
Abraham à se consacrer à Lui.
Dans l'hébreu du texte original, ce Dieu était " El ", le dieu principal
du panthéon cananéen, le dieu du temps.
El est la forme cananéenne évoluée du dieu sumérien " Enlil ". Par
transformations linguistiques successives " Enlil " (sumérien primitif),
se transforma en " Ellil "(akkadien) puis devint " El " en cananéen. Enlil
était le dieu du vent chez les sumériens, chez les akkadiens, il était
aussi le dieu de l'air et du ciel, chez les cananéens il était le dieu du
Temps.
[...]
" Yahvé " n'est peut-être pas non plus étranger au panthéon sumérien, sous
une forme plus primitive, avant les évolutions linguistiques habituelles,
" Yahvé " était probablement connu des sumériens sous le nom d' " Enki "
ou " Ea " (qui se prononce Eyah), le fameux dieu qui sauva les hommes du
déluge, le dieu des eaux, celui qui participa à la création du monde avec
Enlil.
William Bramley écrit dans " Die Götter von Eden " sur les Sumériens : "
Sur les tablettes mésopotamiennes, la création de l'HOMO SAPIENS est
attribué surtout à un " Dieu ". Le nom de ce " Dieu " est EA. Il aurait
été le fils d'un roi de ces extra-terrestres qui, dit-on, régnait sur une
autre planète appartenant au vaste royaume de cette race extra-terrestre.
Le prince EA était connu sous le titre " ENKI " ( le seigneur ou le
prince) de la Terre. D'après les textes des Sumériens, le titre d'EA
n'était pas tout à fait approprié. Il aurait perdu au profit de son
demi-frère " ENLIL " d'immenses territoires de la Terre sur lesquels il
régnait, suite à une des innombrables rivalités et intrigues qui
préoccupaient apparemment les régnants de cette civilisations
extra-terrestres. "
On attribue à EA PRINCE DE LA TERRE non seulement la " création de l'homme
" mais aussi beaucoup d'autres réalisations. Il aurait asséché les marais
du golfe Persique pour les remplacer par des terres fertiles, il aurait
construit des digues et des bateaux et aurait été un bon scientifique. Par
sa création de l'homo sapiens, il donna la preuve qu'il s'y entendait dans
la technique génétique, mais, si on en croit les tablettes en argile, cela
nécessita beaucoup d'expérimentations. Et, ce qui est important, c'est
qu'il aurait été bienveillant avec sa création, l'homo sapiens. D'après
les textes de Mésopotamie, EA prit parti pour le nouveau genre humain au
conseil des extra-terrestres. Il s'éleva contre beaucoup de cruautés que
d'autres extra-terrestres, et parmi eux son frère Enlil, infligèrent aux
hommes. Il ressort des
tablettes sumériennes qu'il ne voulait pas faire de l'homme un esclave
mais qu'il fut mis en minorité par les autres. Les hommes qui n'étaient
pour eux rien d'autre que des bêtes de somme furent traités cruellement
par leur maîtres. On parle dans les tablettes de famines, maladies et de
ce que nous appelons aujourd'hui, la conduite de guerre biologique. Mais
comme ce génocide ne faisait pas assez régresser la population humaine,
les extra-terrestres décidèrent d'exterminer les hommes en provoquant un
grand déluge.
============================
D'après la thèse de Sitchin, (*) les " ANNUNAKIENS " des mythes sumériens,
" ceux qui descendaient du ciel sur la Terre ", étaient des
extra-terrestres venant d'une planète encore inconnue de notre système
solaire qui fait le tour du Soleil en 3600 ans. Ces Annunakiens
atterrirent pour la première fois sur notre Terre il y a environ 450.000
ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire de l'or et d'autres
matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l' HOMO SAPIENS il
y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations génétiques sur des
femelles d'hominiens. Ils avaient besoin d'aide, car ils ne voulaient plus
extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur
première colonie.
(*) Zecharia Sitchin, auteur de " Am Anfang war der Fortschritt " ( Au
début était le progrès ) et de " Der zwölfte Planet " ( La douzième
planète ), maîtrise, entre autres, l'araméen, la langue de Jésus et de ses
disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire
l'écriture des anciens SUMERIENS
-------------------------------------------
Et ça nous amène à Nibiru mais là n'est pas le propos.
Une autre lecture de la Genèse (celle que je défends) rejoint cette vision
d'existence d'itis dont je parlais dans mes derniers posts.
Je n'ajoute pas de commentaires, à chacun d'y voir ce qu'il veut...
Enki semble être le serpent de la génèse... l'adversaire de Dieu, satan,
lucifer... vénus... aphrodite... sagesse... Du reste la mythologie aztèque
nous renseigne : Deux dieux principaux, Quetzalcoatl, Tezcatlipoca, le
premier est le "serpent à plume" (symbole de fusion terre-ciel) représente
la lumière (connaissance, savoir, artisana) l'autre Tezcatlipoca (le miroir
enfumé), est du même caractère que le Yahvé de la bible, il est l'obscurité,
il est tyranique et vaindicatif, sournois, et carnivor contrairement à son
frere (abel, caïn, ça vous revient ?)... Ce sont deux freres éternellement
énemis, et le mythe du déluge aztèque fait remarquablement écho au mythe
sumérien, Enlil-Tezcatlipoca décide de supprimer l'humanité par un déluge
(le 4 eme), Enki-Quetzalcoatl la sauve... On peut noter, pour le caractère
bizaroïde de l'histoire, que bien que Quetzalcoatl soit symbolisé par un
serpent à plume (qui en réalité fait référence à des symboles "d'énergie
cosmique"), il n'en deumeur pas moins que la légende raconte que
Quetzalcoatl est un homme blanc roux barbue et qu'il serait à l'origine de
l'édification des cités d'amérique centrale... en effet, aucun peuples
d'amérique centrale ne se désigne comme constructeur de leurs cités "c'est
Quetzalcoatl il y'a bien longtemps, nous avont récupéré les lieux quand il
est partis" disent-ils... Allez savoir ce que ça signifie... Les peuples
d'amérique centrale croyaient au retour de Quetzalcoatl, en voyant arriver
Cortes, ils ont cru que c'était lui.... Notez que tout les dieux
mésopotamiens sont barbue, et que la barbe est resté encore aujourd'hui,
symbole de sagesse... ce qui est étrange, c'est de retrouver ce "mythe de la
barbe" chez des peuples qui sont imberbes...
elmoi
2006-07-24 14:28:54 UTC
Permalink
Post by Omeyocan
Enki semble être le serpent de la génèse... l'adversaire de Dieu,
satan, lucifer... vénus... aphrodite... sagesse...
Pas d'après la religion sumérienne, il me semble.
<< Aux côtés de" An " et de" Enlil " il compose la triade suprême
suméro-akkadienne.>>
<<Il apparaît comme le créateur de l'humanité et son protecteur face à
Enlil>>
Post by Omeyocan
Du reste la
mythologie aztèque nous renseigne : Deux dieux principaux,
Quetzalcoatl, Tezcatlipoca, le premier est le "serpent à plume"
(symbole de fusion terre-ciel) représente la lumière (connaissance,
savoir, artisana) l'autre Tezcatlipoca (le miroir enfumé), est du
même caractère que le Yahvé de la bible, il est l'obscurité, il est
tyranique et vaindicatif, sournois, et carnivor contrairement à son
frere (abel, caïn, ça vous revient ?)...
Vous voulez parler de l'Yaoué et de l'Eloim dont parlent les gnostiques,
oui, je vois. Mais il se trouve qu'ici (dans le récit sumérien) les
valeurs sont inversées. El étant Enlil le méchant, et Yahvé/Enki le bon.
Post by Omeyocan
Ce sont deux freres
éternellement énemis, et le mythe du déluge aztèque fait
remarquablement écho au mythe sumérien, Enlil-Tezcatlipoca décide de
supprimer l'humanité par un déluge (le 4 eme), Enki-Quetzalcoatl la
sauve...
Oui, c'est cela.
Post by Omeyocan
On peut noter, pour le caractère bizaroïde de l'histoire,
que bien que Quetzalcoatl soit symbolisé par un serpent à plume (qui
en réalité fait référence à des symboles "d'énergie cosmique"), il
n'en deumeur pas moins que la légende raconte que Quetzalcoatl est un
homme blanc roux barbue et qu'il serait à l'origine de l'édification
des cités d'amérique centrale... en effet, aucun peuples d'amérique
centrale ne se désigne comme constructeur de leurs cités "c'est
Quetzalcoatl il y'a bien longtemps, nous avont récupéré les lieux
quand il est partis" disent-ils... Allez savoir ce que ça signifie...
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon le
récit sumérien.
Post by Omeyocan
Les peuples d'amérique centrale croyaient au retour de Quetzalcoatl,
en voyant arriver Cortes, ils ont cru que c'était lui....
C'est le mythe du Cargo... sidéral.
Omeyocan
2006-07-24 15:07:12 UTC
Permalink
Post by elmoi
Pas d'après la religion sumérienne, il me semble.
<< Aux côtés de" An " et de" Enlil " il compose la triade suprême
suméro-akkadienne.>>
<<Il apparaît comme le créateur de l'humanité et son protecteur face à
Enlil>>
La religion sumérienne ne connait ni Lucifer ni Satan et encore moins la
connotation négative que nous en avont actuellement ... Comprenez bien que
Lucifer, veut dire "porteur de lumière" qui en réalité signifie "Porteur de
connaissance" (car lumière = connaissance, sagesse), et c'est assimilé à la
planete vénus (l'étoile la plus brillante du ciel) vénus étant également le
symbole de "force féminine", fécondité, sagesse, "sophia" (philosophia)...
Tout se mélange un peu voyez-vous ? Vous noterez qu'Enki, est également
appellé "l'Ingénieux", c'est le "savant" du panthéon sumérien, il est le
symbole de la sagesse et de la connaissance, c'est la 'lumière' du panthéon
sumérien. D'autre part, c'est le serpent qui propose a adam et eve de manger
de l'arbre de la *connaissance* du bien et du mal... le serpent est
"l'instructeur" (version gnostique) et le "saveur" du déluge. Vous retrouvez
même schéma chez les aztèques, Quetzalcoatl, est le dieu "serpent à plume"
'lumière', il est le protecteur des prètres (connaissance - science) et des
artisants... Tezcatlipoca, lui est la force 'obscure', il ne symbolise pas
forcément l'ignorance, mais il symbolise le coté déplaisant et capricieux,
carnivors, prédateur, "mageur d'homme" (sacrifices de sang), il est
tyranique... La religion aztèque nous permet certainement de mieux
comprendre la vision sumérienne des choses, car elle semble beaucoup s'en
raprocher. Les aztèques n'avaient pas une vision manichéenne de l'univers,
il n'y avait pas un "bien" et un "mal", il y'avait simplement deux pôles
ayant des "caractères" différents et complémentaires. ils ne vénéraient par
vraiment plus Quetzalcoatl que Tezcatlipoca, en réalité, il serait plus
juste dire qu'il admiraient Quetzalcoatl le sauveur protecteur et se
soumaitaient par crainte à Tezcatlipoca le tyran capricieux, mais c'était là
deux forces en coéxistance et si les aztèques ont fini par privilégier les
sacrifices de sang, c'est parcequ'ils "perdaient la foi", en étant soumis à
la secheresse et à la famine, ainsi, il falait sacrifier au dieu tyran.
Quetzalcoatl est sans ambiguité associé à la planete Venus, c'est à dire
Lucifer, et pour ne pas rompre avec la tradition, il est affilié a un dieu
de la fertilité Tlaloc. Il y'a même un mythe, et là vous allez commencer à
comprendre à quel point les choses sont mélangés, qui raconte qu'en réalité,
c'est Tezcatlipoca qui initat Quetzalcoatl (dit "le vertueux") aux plaisirs
charnels et à la boisson, ce qui fit "chuter" Quetzalcoatl et permit à
Tezcatlipoca de prendre le pouvoir absolu...Vous remarquez que dans
l'acceptation actuelle de la bible, Yavhé, est un dieu tyran, il est jaloux,
demande l'exclusivité et réclame qu'on le craingne sous peine de
représaille, c'est aussi yavhé qui va préfer Abel qui offre de la viande, à
Caïn, qui offre des fruits (Tezcatlipoca demande sacrifice de sang,
Quetzalcoatl se suffit d'offrande de fleurs de fruits, de plumes ou de
serpents) Lucifer "Satan", en est réduit à être un simple "adversaire de
dieu" et de "l'humanité". Dans sa forme actuelle, et au regard des récit
aztèque, la bible ressemble plus à une propagande en faveur de yavhé qu'une
description objective des faits... Qui a dit que manger de l'arbre de
connaissance du bien et du mal, c'était "mal" ? Qu'est-ce que cet arbre de
la connaissance du bien et du mal ?
Post by elmoi
Vous voulez parler de l'Yaoué et de l'Eloim dont parlent les gnostiques,
oui, je vois. Mais il se trouve qu'ici (dans le récit sumérien) les
valeurs sont inversées. El étant Enlil le méchant, et Yahvé/Enki le bon.
Non, je n'ai pas cette lecture de la bible, Yavhé n'est pas le bon, pas plus
qu'Elohim... L'ancient testament est un mixage tres mal et confuts fait de
mythes anciens... Vous noterez bien que dans l'ancien testament, c'est Yavhé
qui commande le déluge, et c'est Yavhé qui aide Noé, et c'est Yavhé qui se
repend d'avoir fait le déluge... Or, le mythe sumérien est claire : C'est
Enlil qui veut exterminer l'humanité, Enki qui aide Gilgamesh, et enfin
Enki, qui raisonne Enlil lorsqu'il se rend compte que son plan a foiré à
cause d'Enki et c'est finalement, par les arguments d'Enki qu'Enlil va se
repentire d'avoir fait le déluge... Qui est le gentil qui est le méchant ?
La différence n'est pas entre El et Yahvé, car il me semble qu'il s'agit ici
des mêmes protagonistes : les archontes gnostiques...
Post by elmoi
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon le
récit sumérien.
Voyez, pour le moment je m'interdi toute conclusion à ce sujet, vous savez,
l'histoire des mythologie est déja tres complexe, comme vous pouvez le voir
à la "lumiere" de ce que j'ai expliqué plus haut, au final, on ne sait pas
vraiment qui est gentil, qui est méchant, on ne perçois pas réellement les
intentions d'un camps comme de l'autre... chacun se réclame de "sa sagesse"
et finalement l'humanité semble au beau milieu d'une sorte de guerre de
clan, ou chacun des clan est aussi pervertis que l'autre... Les notions
manichéennes de bien et de mal, contrairement à ce qui est colporté par les
religions "du livre", ne semblent en réalité pas pouvoir s'appliquer à toute
ces histoire, surtout au regard de la version sumérienne et Aztèque... Alors
la question se pose, aurions nous en réalité affaire à des êtres tout à fait
imparfaits et aussi faillibles que les humains ?
hello
2006-07-24 15:27:40 UTC
Permalink
Post by Omeyocan
La religion sumérienne ne connait ni Lucifer ni Satan
Moi non plus, j'égale donc la science sumérienne sur ce point.
Melly
2006-07-24 15:52:44 UTC
Permalink
Post by Omeyocan
Comprenez bien que
Lucifer, veut dire "porteur de lumière" qui en réalité signifie "Porteur de
connaissance" (car lumière = connaissance, sagesse), et c'est assimilé à la
planete vénus (l'étoile la plus brillante du ciel) vénus étant également le
symbole de "force féminine", fécondité, sagesse, "sophia" (philosophia)...
Merci de leur rendre à tous les deux leur valeur primitive.
Rien me m'ennerve plus que cette volonté biblique de rabaisser et
Lucifer en Satan et Vénus (lilith) en pute assasine.
Post by Omeyocan
Tout se mélange un peu voyez-vous ? Vous noterez qu'Enki, est également
appellé "l'Ingénieux", c'est le "savant" du panthéon sumérien, il est le
symbole de la sagesse et de la connaissance, c'est la 'lumière' du panthéon
sumérien. D'autre part, c'est le serpent qui propose a adam et eve de manger
de l'arbre de la *connaissance* du bien et du mal... le serpent est
"l'instructeur" (version gnostique) et le "saveur" du déluge. Vous retrouvez
même schéma chez les aztèques, Quetzalcoatl, est le dieu "serpent à plume"
'lumière', il est le protecteur des prètres (connaissance - science) et des
artisants... Tezcatlipoca, lui est la force 'obscure', il ne symbolise pas
forcément l'ignorance, mais il symbolise le coté déplaisant et capricieux,
carnivors, prédateur, "mageur d'homme" (sacrifices de sang), il est
tyranique... La religion aztèque nous permet certainement de mieux
comprendre la vision sumérienne des choses, car elle semble beaucoup s'en
raprocher. Les aztèques n'avaient pas une vision manichéenne de l'univers,
il n'y avait pas un "bien" et un "mal", il y'avait simplement deux pôles
ayant des "caractères" différents et complémentaires. ils ne vénéraient par
vraiment plus Quetzalcoatl que Tezcatlipoca, en réalité, il serait plus
juste dire qu'il admiraient Quetzalcoatl le sauveur protecteur et se
soumaitaient par crainte à Tezcatlipoca le tyran capricieux, mais c'était là
deux forces en coéxistance et si les aztèques ont fini par privilégier les
sacrifices de sang, c'est parcequ'ils "perdaient la foi", en étant soumis à
la secheresse et à la famine, ainsi, il falait sacrifier au dieu tyran.
Quetzalcoatl est sans ambiguité associé à la planete Venus, c'est à dire
Lucifer, et pour ne pas rompre avec la tradition, il est affilié a un dieu
de la fertilité Tlaloc. Il y'a même un mythe, et là vous allez commencer à
comprendre à quel point les choses sont mélangés, qui raconte qu'en réalité,
c'est Tezcatlipoca qui initat Quetzalcoatl (dit "le vertueux") aux plaisirs
charnels et à la boisson, ce qui fit "chuter" Quetzalcoatl et permit à
Tezcatlipoca de prendre le pouvoir absolu...Vous remarquez que dans
l'acceptation actuelle de la bible, Yavhé, est un dieu tyran, il est jaloux,
demande l'exclusivité et réclame qu'on le craingne sous peine de
représaille, c'est aussi yavhé qui va préfer Abel qui offre de la viande, à
Caïn, qui offre des fruits (Tezcatlipoca demande sacrifice de sang,
Quetzalcoatl se suffit d'offrande de fleurs de fruits, de plumes ou de
serpents) Lucifer "Satan", en est réduit à être un simple "adversaire de
dieu" et de "l'humanité". Dans sa forme actuelle, et au regard des récit
aztèque, la bible ressemble plus à une propagande en faveur de yavhé qu'une
description objective des faits... Qui a dit que manger de l'arbre de
connaissance du bien et du mal, c'était "mal" ? Qu'est-ce que cet arbre de
la connaissance du bien et du mal ?
Vous faites un excellent travail de comparaison et de critique de la
pensée dominante (depuis des siècles et jusqu'à maintenant... après ???)
de la société dans laquelle nous vivons, bravo également.
Post by Omeyocan
Post by elmoi
Vous voulez parler de l'Yaoué et de l'Eloim dont parlent les gnostiques,
oui, je vois. Mais il se trouve qu'ici (dans le récit sumérien) les
valeurs sont inversées. El étant Enlil le méchant, et Yahvé/Enki le bon.
Non, je n'ai pas cette lecture de la bible, Yavhé n'est pas le bon, pas plus
qu'Elohim... L'ancient testament est un mixage tres mal et confuts fait de
mythes anciens...
Oui.

Vous noterez bien que dans l'ancien testament, c'est Yavhé
Post by Omeyocan
qui commande le déluge, et c'est Yavhé qui aide Noé, et c'est Yavhé qui se
repend d'avoir fait le déluge... Or, le mythe sumérien est claire : C'est
Enlil qui veut exterminer l'humanité, Enki qui aide Gilgamesh, et enfin
Enki, qui raisonne Enlil lorsqu'il se rend compte que son plan a foiré à
cause d'Enki et c'est finalement, par les arguments d'Enki qu'Enlil va se
repentire d'avoir fait le déluge... Qui est le gentil qui est le méchant ?
La différence n'est pas entre El et Yahvé, car il me semble qu'il s'agit ici
des mêmes protagonistes : les archontes gnostiques...
Post by elmoi
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon le
récit sumérien.
Ca ressemble fort à ce que nous essayons de comprendre, Bob et moi, en
parlant de Moloch et de "alpha". Mais vos explications, à tous les deux,
vont plus loin. De l'eau à notre reflexion. Encore merci, vraiment.
Post by Omeyocan
Voyez, pour le moment je m'interdi toute conclusion à ce sujet, vous savez,
l'histoire des mythologie est déja tres complexe, comme vous pouvez le voir
à la "lumiere" de ce que j'ai expliqué plus haut, au final, on ne sait pas
vraiment qui est gentil, qui est méchant, on ne perçois pas réellement les
intentions d'un camps comme de l'autre... chacun se réclame de "sa sagesse"
et finalement l'humanité semble au beau milieu d'une sorte de guerre de
clan, ou chacun des clan est aussi pervertis que l'autre... Les notions
manichéennes de bien et de mal, contrairement à ce qui est colporté par les
religions "du livre", ne semblent en réalité pas pouvoir s'appliquer à toute
ces histoire, surtout au regard de la version sumérienne et Aztèque... Alors
la question se pose, aurions nous en réalité affaire à des êtres tout à fait
imparfaits et aussi faillibles que les humains ?
Effectivement, les anciens, avec leurs mythes, étaient beaucoup plus
futés que la bible : chacun avait sa part de lumière et sa part sombre.
Alors je veux bien entendre quelque chose comme "l'homme est fait à
cette image".
Et oui, vos "dieux" semblent faillibles. Est ce parce que nous devons
aussi revoir la notion de "dieu" telle qu'expliquée dans la bible ? Pour
ma part, ça fait long feu que je m'y suis attelée et je constate, ici,
que je ne suis pas la seule.
--
Melly
elmoi
2006-07-24 18:11:13 UTC
Permalink
Post by Melly
Post by elmoi
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon
le récit sumérien.
Ca ressemble fort à ce que nous essayons de comprendre, Bob et moi, en
parlant de Moloch et de "alpha". Mais vos explications, à tous les
deux, vont plus loin. De l'eau à notre reflexion. Encore merci,
vraiment.
A propos de Moloch : c'est un vieux terme hébreu passé en langue punique
et qui désigne, en fait, Baal.

Baal est un vieux dieu Sémite et son culte a été célébré de ~ 3000 à l'époque
romaine, sans discontinuer. Son nom, (« le maître »ou « l 'époux » :
synonymes révélateurs de sociétés où l'homme est le maître de son
épouse) se retrouve dans tout le Moyen Orient, depuis les zones peuplées
par les peuples Sémites, jusqu'aux colonies phéniciennes, au premier
rang desquels on trouve l'immortelle Carthage, la ville dont le nom est
à jamais attaché à celui du Dieu. Il est invariablement accompagné d'une
divinité féminine dont les noms changent, Astarté, Ishtar ou Tanit à
Carthage. Baal n'est d'ailleurs qu'une appellation générique, c'est le
second qualificatif qui révèle quel aspect de Baal est ici adoré : Baal
Marcodès, Dieu des danses sacrées, Baal Shamen, Dieu des cieux, Baal
Bek, le Baal solaire et surtout Hammon-Baal, le terrible dieu
carthaginois. [On peut aussi citer Baal-Zebub, qui a donné Belzébuth.
Baal c'est notamment le titre donné à Yahvé : Bealiah (plus justement b?''alyâ),
qui signifie /Yahvé est Baal/ (trouvé dans Wikipédia).]

Du Baal originel, on ne sait que peu de choses, mais des tablettes
couvertes de signes cunéiformes, retrouvés dans les années 20 par une
équipe d'archéologues français à Ras Shamra, dans l'ancienne Ougarit
mésopotamienne, ont permis de retrouver la geste divine, dans ses
grandes lignes. Le Dieu, dans un Panthéon dominé par la figure
dominatrice du Dieu souverain El, fait d'abord figure d'intrus et doit
mériter son rang. Il combat d'abord Yam, dieu des océans néfastes, avec
l'aide d'Astarté. Il y gagne un côté très positif, celui de protecteur
de la vie. Puis il se fait construire un palais, contre l'avis de El
avec qui il s'oppose, avant de plonger dans un combat perdu dans la
gueule de Môt, la mort déifiée. C'est la sour de Baal qui finit par
faire rendre gorge à l'infâme Môt, libérant un Baal furieux qui fait
éclater sa colère sous la forme d'un orage effrayant mais là encore
vivifiant. 7 ans plus tard, un nouveau combat entre les deux divinités
tourne à l'avantage de Baal. Le mythe se charge d'épisodes prouvant un
anthropisation poussée, et contenant nombres d'anecdotes mettant l'accent
sur les faiblesses divines, qui sont les mêmes que celles des hommes :
goût pour le vin et l'ivresse, obsession du sexe et de l'impuissance.

Avec l'époque hellénistique, la culture grecque et ses dieux recouvrent
souvent les cultes de Baal d'oripeaux grecs, identifiant Astarté à
Aphrodite et Baal à Zeus dans tout le monde maîtrisé par Alexandre et
ses héritiers. L'hellénisation transforme au passage ces vieux cultes
agraires, animistes, en cultes aux cérémonials plus élaboré, comportant
des degrés d'initiation et de connaissances, dont nous ne connaîtrons
jamais le détail, perdu à jamais.

C'est Carthage qui nous laisse deviner avec le plus de précision l'un
des aspects qu'eurent ces Baal tardifs. La mieux connue et la plus
puissante des colonies phéniciennes rompit en 480 avec sa métropole, au
lendemain d'une bataille perdue. Le culte local de Baal refléta cette
évolution, se concentrant sur le culte lié des deux divinités
Hammon-Baal et Tanit, le Jour et la Nuit, le Soleil et la Lune. Les
Grecs ne s'y trompèrent pas et le couple divin des Carthaginois n'est
plus associé à Zeus et Aphrodite mais à Saturne (ou Cronos) et Héra, la
sauvagerie des temps originels alliée à l'austérité de l'époque de Zeus.
Changement significatif pour Baal. Les Grecs ne l'identifient plus comme
la sagesse même, mais bien à la violence et aux mythes les plus violents
de la théogonie hellène : rappelons que Cronos mangeait ses propres
enfants, que Saturne représente toute la sauvagerie originelle, la folie
des temps premiers. Les sacrifices que la ville organisait pour le
plaisir du Dieu sont les plus connus, parce qu'ils ont marqué la mémoire
des contemporains comme au fer rouge. Diodore de Sicile, qui connaît d'autant
mieux Carthage que les luttes furent permanentes entre les Grecs et
Carthage pour le contrôle de la riche Sicile.

[...]

Il fallut attendre la destruction de la ville, par Scipion, pour que
meure le culte de Baal sur la côte africaine autour de Carthage. L'épisode
avait tant marqué les esprits que le sol fut maudit, et salé pour que
rien, jamais, n'y repousse. Telle était la haine romaine pour la vieille
cité punique, qu'il fallut attendre près de 200 ans avant qu'Auguste ne
refonde la cité, dont le site était excellent. Ainsi meurent les dieux,
quand d'autres dieux plus puissants qu'eux finissent par l'emporter
grâce aux peuples qui les révèrent. Mais ils meurent lentement. Combien
de pratiques domestiques aujourd'hui disparues perpétuèrent-elle quelque
temps les rites maudits de Moloch-Baal ?

[Extraits : © Heresie.com]
Si ça peut t'en dire plus sur Moloch/Baal... :)
Melly
2006-07-24 18:31:07 UTC
Permalink
Post by elmoi
Post by Melly
Post by elmoi
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon
le récit sumérien.
Ca ressemble fort à ce que nous essayons de comprendre, Bob et moi, en
parlant de Moloch et de "alpha". Mais vos explications, à tous les
deux, vont plus loin. De l'eau à notre reflexion. Encore merci,
vraiment.
A propos de Moloch : c'est un vieux terme hébreu passé en langue punique
et qui désigne, en fait, Baal.
Baal est un vieux dieu Sémite et son culte a été célébré de ~ 3000 à l'époque
synonymes révélateurs de sociétés où l'homme est le maître de son
épouse) se retrouve dans tout le Moyen Orient, depuis les zones peuplées
par les peuples Sémites, jusqu'aux colonies phéniciennes, au premier
rang desquels on trouve l'immortelle Carthage, la ville dont le nom est
à jamais attaché à celui du Dieu. Il est invariablement accompagné d'une
divinité féminine dont les noms changent, Astarté, Ishtar ou Tanit à
Carthage. Baal n'est d'ailleurs qu'une appellation générique, c'est le
second qualificatif qui révèle quel aspect de Baal est ici adoré : Baal
Marcodès, Dieu des danses sacrées, Baal Shamen, Dieu des cieux, Baal
Bek, le Baal solaire et surtout Hammon-Baal, le terrible dieu
carthaginois. [On peut aussi citer Baal-Zebub, qui a donné Belzébuth.
Baal c'est notamment le titre donné à Yahvé : Bealiah (plus justement b?''alyâ),
qui signifie /Yahvé est Baal/ (trouvé dans Wikipédia).]
Du Baal originel, on ne sait que peu de choses, mais des tablettes
couvertes de signes cunéiformes, retrouvés dans les années 20 par une
équipe d'archéologues français à Ras Shamra, dans l'ancienne Ougarit
mésopotamienne, ont permis de retrouver la geste divine, dans ses
grandes lignes. Le Dieu, dans un Panthéon dominé par la figure
dominatrice du Dieu souverain El, fait d'abord figure d'intrus et doit
mériter son rang. Il combat d'abord Yam, dieu des océans néfastes, avec
l'aide d'Astarté. Il y gagne un côté très positif, celui de protecteur
de la vie. Puis il se fait construire un palais, contre l'avis de El
avec qui il s'oppose, avant de plonger dans un combat perdu dans la
gueule de Môt, la mort déifiée. C'est la sour de Baal qui finit par
faire rendre gorge à l'infâme Môt, libérant un Baal furieux qui fait
éclater sa colère sous la forme d'un orage effrayant mais là encore
vivifiant. 7 ans plus tard, un nouveau combat entre les deux divinités
tourne à l'avantage de Baal. Le mythe se charge d'épisodes prouvant un
anthropisation poussée, et contenant nombres d'anecdotes mettant l'accent
goût pour le vin et l'ivresse, obsession du sexe et de l'impuissance.
Avec l'époque hellénistique, la culture grecque et ses dieux recouvrent
souvent les cultes de Baal d'oripeaux grecs, identifiant Astarté à
Aphrodite et Baal à Zeus dans tout le monde maîtrisé par Alexandre et
ses héritiers. L'hellénisation transforme au passage ces vieux cultes
agraires, animistes, en cultes aux cérémonials plus élaboré, comportant
des degrés d'initiation et de connaissances, dont nous ne connaîtrons
jamais le détail, perdu à jamais.
C'est Carthage qui nous laisse deviner avec le plus de précision l'un
des aspects qu'eurent ces Baal tardifs. La mieux connue et la plus
puissante des colonies phéniciennes rompit en 480 avec sa métropole, au
lendemain d'une bataille perdue. Le culte local de Baal refléta cette
évolution, se concentrant sur le culte lié des deux divinités
Hammon-Baal et Tanit, le Jour et la Nuit, le Soleil et la Lune. Les
Grecs ne s'y trompèrent pas et le couple divin des Carthaginois n'est
plus associé à Zeus et Aphrodite mais à Saturne (ou Cronos) et Héra, la
sauvagerie des temps originels alliée à l'austérité de l'époque de Zeus.
Changement significatif pour Baal. Les Grecs ne l'identifient plus comme
la sagesse même, mais bien à la violence et aux mythes les plus violents
de la théogonie hellène : rappelons que Cronos mangeait ses propres
enfants, que Saturne représente toute la sauvagerie originelle, la folie
des temps premiers. Les sacrifices que la ville organisait pour le
plaisir du Dieu sont les plus connus, parce qu'ils ont marqué la mémoire
des contemporains comme au fer rouge. Diodore de Sicile, qui connaît d'autant
mieux Carthage que les luttes furent permanentes entre les Grecs et
Carthage pour le contrôle de la riche Sicile.
[...]
Il fallut attendre la destruction de la ville, par Scipion, pour que
meure le culte de Baal sur la côte africaine autour de Carthage. L'épisode
avait tant marqué les esprits que le sol fut maudit, et salé pour que
rien, jamais, n'y repousse. Telle était la haine romaine pour la vieille
cité punique, qu'il fallut attendre près de 200 ans avant qu'Auguste ne
refonde la cité, dont le site était excellent. Ainsi meurent les dieux,
quand d'autres dieux plus puissants qu'eux finissent par l'emporter
grâce aux peuples qui les révèrent. Mais ils meurent lentement. Combien
de pratiques domestiques aujourd'hui disparues perpétuèrent-elle quelque
temps les rites maudits de Moloch-Baal ?
[Extraits : © Heresie.com]
Si ça peut t'en dire plus sur Moloch/Baal... :)
Oui... merci une fois de plus.

Tu m'es d'une aide précieuse, vraiment.
--
Melly
elmoi
2006-07-24 20:30:02 UTC
Permalink
Post by Melly
Post by elmoi
Si ça peut t'en dire plus sur Moloch/Baal... :)
Oui... merci une fois de plus.
Tu m'es d'une aide précieuse, vraiment.
:)

Je voudrais juste rajouter un truc, quelques infos de plus... car comme
on a vu, les deux divinités Baal/El se sont battues, tantôt c'est l'un
qui gagne tantôt c'est l'autre. Et là encore on retrouve aussi le
parallèle El/Enlil. Et Baal/Iahvé/Enki... ou l'inverse :-?

Extrait :
*El* est un mot des langues sémitiques du groupe nord-ouest, signifiant
"dieu". Il peut avoir pris différentes significations selon l'endroit et
le lieu où il est attesté, et il a notamment servi à désigner un dieu
précis, qui a occupé une place importante dans différents panthéons.

Premières attestations
Dans les régions écrivant l'akkadien cunéiforme au cours du IIè
millénaire, on trouve des noms de personnes et des mentions de'El,
Ilu(m) en akkadien. Le terme est en fait écrit par l'idéogramme
DINGIR, servant de déterminatif pour la divinité. Quand on a un nom
amorrite, on lit El, comme dans toutes les langues sémitiques
occidentales. Avant ces attestations, qui datent du début du IIè
millénaire av. J.-C., on est peut-être déjà en présence d'une forme
ancienne du terme El dans les textes d'Ebla du XXIVè siècle av. J.-C.,
où on trouve un dieu /Ilu/ (lecture incertaine), assimilé au dieu
sumérien *Enlil*.

On ne sait pas vraiment ce qui se trouve derrière ces mentions d'un
"dieu". Peut-être s'agit-il d'une référence au concept de divinité en
général, à une divinité personnelle ou familiale (ilu(m) désignant aussi
en akkadien une divinité protectrice) , ou bien à une divinité
particulière, Addu ou Dagon.

Ougarit
El est présenté par les textes de la mythologie ougaritique comme le
père du panthéon local. Il se fait cependant supplanter par Baal
(Hadad), le dieu de l'Orage. El est donc alors une divinité en perte de
vitesse, qui se fait dominer par les dieux de la jeune génération.

Il est possible qu'il faille voir dans le dieu El d'Ougarit une épithète
désignant le dieu Dagon, dieu de la fertilité des panthéons sémitiques
occidentaux, car Baal est tantôt présenté comme fils de Dagan, et comme
fils d'El. De plus, cela expliquerait pourquoi Dagan disposait d'un
temple important à Ougarit tout en étant absent des textes
mythologiques.

« http://fr.wikipedia.org/wiki/El_%28dieu%29 »

Bon voilà, quoi... :-@
Bob Thomson
2006-07-24 21:27:25 UTC
Permalink
Post by Melly
Post by elmoi
Si ça peut t'en dire plus sur Moloch/Baal... :)
Oui... merci une fois de plus.
Tu m'es d'une aide précieuse, vraiment.
:)
(.....)
Pareil pour moi :-)

Je te lis depuis un moment, et je vois que tu as progressé
dans tes recherches, qui m'intéressent au plus haut point.
--
Bob Thomson
elmoi
2006-07-24 17:32:53 UTC
Permalink
"elmoi" ...
[Enki, qui serait le serpent de la genèse]
Post by elmoi
Pas d'après la religion sumérienne, il me semble.
<< Aux côtés de" An " et de" Enlil " il compose la triade suprême
suméro-akkadienne.>>
<<Il apparaît comme le créateur de l'humanité et son protecteur face
à Enlil>>
La religion sumérienne ne connait ni Lucifer ni Satan et encore moins
la connotation négative que nous en avont actuellement ...
Ben oui, justement !
Comprenez bien que Lucifer, veut dire "porteur de lumière" qui en
réalité signifie "Porteur de connaissance" (car lumière =
connaissance, sagesse),
Oui, tout le monde "sait" que Lucifer est "porteur de lumière" et que
c'est lui qui l'aurait apportée aux hommes.
et c'est assimilé à la planete vénus (l'étoile la plus brillante du
ciel) vénus étant également le symbole de "force féminine", fécondité,
sagesse, "sophia" (philosophia)... Tout se mélange un peu voyez-vous
?
Ben oui, je vois.
Vous noterez qu'Enki, est également appellé "l'Ingénieux", c'est le
"savant" du panthéon sumérien, il est le symbole de la sagesse et de
la connaissance, c'est la 'lumière' du panthéon sumérien.
Ben non, ce n'est pas ce que j'ai lu.
Je lis que *Enki* est maître des eaux,
*Enlil* dirige l'air ou l'atmosphère
et *An* règne sur les cieux.
(et l' " *Annunnaki* " est l'appellation collective pour les 50 grands
dieu fils de *An*. Les " *Igigi* ", juste au-dessus des hommes, sont des
dieux prolétaires au service des 50 grands dieux.)
D'autre part, c'est le serpent qui propose a adam et eve de manger de
l'arbre de la *connaissance* du bien et du mal... le serpent est
"l'instructeur" (version gnostique) et le "saveur" du déluge.
Si vous voulez. Je ne vois pas d'inconvénient à ce que vous pensiez ça.
Perso je n'adhère pas forcément à ce que disent les gnostiques ce qui
m'intéresse chez eux c'est de savoir ce qu'ils pensent et je me fais mon
propre jugement.

Et là j'en viens à votre remarque de tout-à-l'heure où vous disiez que
tout se mélange. Ben oui, là aussi et allez démêler le vrai du faux...
Vous retrouvez même schéma chez les aztèques, Quetzalcoatl,
est le dieu "serpent à plume" 'lumière', il est le protecteur des
prètres (connaissance - science) et des artisants... Tezcatlipoca,
lui est la force 'obscure', il ne symbolise pas forcément
l'ignorance, mais il symbolise le coté déplaisant et capricieux,
carnivors, prédateur, "mageur d'homme" (sacrifices de sang), il est
tyranique... La religion aztèque nous permet certainement de mieux
comprendre la vision sumérienne des choses, car elle semble beaucoup
s'en raprocher. Les aztèques n'avaient pas une vision manichéenne de
l'univers, il n'y avait pas un "bien" et un "mal", il y'avait
simplement deux pôles ayant des "caractères" différents et
complémentaires. ils ne vénéraient par vraiment plus Quetzalcoatl que
Tezcatlipoca, en réalité, il serait plus juste dire qu'il admiraient
Quetzalcoatl le sauveur protecteur et se soumaitaient par crainte à
Tezcatlipoca le tyran capricieux, mais c'était là deux forces en
coéxistance et si les aztèques ont fini par privilégier les
sacrifices de sang, c'est parcequ'ils "perdaient la foi", en étant
soumis à la secheresse et à la famine, ainsi, il falait sacrifier au
dieu tyran. Quetzalcoatl est sans ambiguité associé à la planete
Venus, c'est à dire Lucifer, et pour ne pas rompre avec la tradition,
il est affilié a un dieu de la fertilité Tlaloc. Il y'a même un
mythe, et là vous allez commencer à comprendre à quel point les
choses sont mélangés, qui raconte qu'en réalité, c'est Tezcatlipoca
qui initat Quetzalcoatl (dit "le vertueux") aux plaisirs charnels et
à la boisson, ce qui fit "chuter" Quetzalcoatl et permit à
Tezcatlipoca de prendre le pouvoir absolu...Vous remarquez que dans
l'acceptation actuelle de la bible, Yavhé, est un dieu tyran, il est
jaloux, demande l'exclusivité et réclame qu'on le craingne sous peine
de représaille, c'est aussi yavhé qui va préfer Abel qui offre de la
viande, à Caïn, qui offre des fruits (Tezcatlipoca demande sacrifice
de sang, Quetzalcoatl se suffit d'offrande de fleurs de fruits, de
plumes ou de serpents) Lucifer "Satan", en est réduit à être un
simple "adversaire de dieu" et de "l'humanité". Dans sa forme
actuelle, et au regard des récit aztèque, la bible ressemble plus à
une propagande en faveur de yavhé qu'une description objective des
faits... Qui a dit que manger de l'arbre de connaissance du bien et
du mal, c'était "mal" ? Qu'est-ce que cet arbre de la connaissance du
bien et du mal ?
Voilà, vous l'avez bien résumé.

La connaissance d'eux-mêmes : comment ils ont été faits et le rôle du
sexe dans la procréation et qui étaient leurs créateurs et la destinée
qu'ils leur réservaient... ce qui devait forcer le respect. Pas étonnant
qu'ils se soient senti nus, dans le sens de la connaissance, pas dans le
sens charnel.

Ici, voyez-vous, le Serpent biblique il peut tout simplement symboliser
l'Homme lui-même... qui a appris trop tôt ce qui devait être appris
progressivement sans doute.

De toute façon il y a un embrouillamini pas possible dans toute cette
histoire et Satan/Lucifer, alors qu'ils symbolisent, l'un le Mal et
l'autre la Lumière (selon les uns et les autres) dans ce qui est devenu
un seul et même personnage, tout ça s'interpénétrant à n'en plus finir
dans les différentes mythologies.
Post by elmoi
Vous voulez parler de l'Yaoué et de l'Eloim dont parlent les
gnostiques, oui, je vois. Mais il se trouve qu'ici (dans le récit
sumérien) les valeurs sont inversées. El étant Enlil le méchant, et
Yahvé/Enki le bon.
Non, je n'ai pas cette lecture de la bible, Yavhé n'est pas le bon,
pas plus qu'Elohim... L'ancient testament est un mixage tres mal et
confuts fait de mythes anciens... Vous noterez bien que dans l'ancien
testament, c'est Yavhé qui commande le déluge, et c'est Yavhé qui
aide Noé, et c'est Yavhé qui se repend d'avoir fait le déluge... Or,
le mythe sumérien est claire : C'est Enlil qui veut exterminer
l'humanité, Enki qui aide Gilgamesh, et enfin Enki, qui raisonne
Enlil lorsqu'il se rend compte que son plan a foiré à cause d'Enki et
c'est finalement, par les arguments d'Enki qu'Enlil va se repentire
d'avoir fait le déluge... Qui est le gentil qui est le méchant ?
L'image du bon et du méchant n'était pas appropriée, c'était un
raccourci facile pour dire que chez les gnostiques, Yaoué était le
"jaloux" et Eloim était le "juste" (ce qui résumerait l'histoire de
Caïn/Abel) et qui probablement résume aussi l'histoire d'Enki et d'Enlil
et que là, les rôles sont inversés puisque c'est Enlil/El qui veut
détruire les hommes et Enki/Yahvé qui les sauve du déluge. Ma
comparaison se faisait entre ces deux approches et il en ressort que
tout ça a été remanié de sorte qu'on finit pas ne plus savoir qui est
qui et qui fait quoi. Mais au-delà de ça on peut espérer en tirer
quelque chose, enfin bon, chacun en tire ce qu'il veut, au fond, ou rien
du tout, même...
La différence n'est pas entre El et Yahvé, car il me semble qu'il
s'agit ici des mêmes protagonistes : les archontes gnostiques...
Au fond, certes, là n'est pas l'important et les archontes gnostiques
est une autre façon de voire la chose.
Post by elmoi
Si Quetzalcoatl/Enki/Yahvé était un iti... ça signiferait que les
constructeurs ce sont "eux". Et apparemment une partie (avec Enlil)
avaient réduit les hommes en esclavage pour ça, entre autres, selon
le récit sumérien.
Voyez, pour le moment je m'interdi toute conclusion à ce sujet, vous
savez, l'histoire des mythologie est déja tres complexe, comme vous
pouvez le voir à la "lumiere" de ce que j'ai expliqué plus haut, au
final, on ne sait pas vraiment qui est gentil, qui est méchant, on ne
perçois pas réellement les intentions d'un camps comme de l'autre...
chacun se réclame de "sa sagesse" et finalement l'humanité semble au
beau milieu d'une sorte de guerre de clan, ou chacun des clan est
aussi pervertis que l'autre... Les notions manichéennes de bien et de
mal, contrairement à ce qui est colporté par les religions "du
livre", ne semblent en réalité pas pouvoir s'appliquer à toute ces
histoire, surtout au regard de la version sumérienne et Aztèque...
Alors la question se pose, aurions nous en réalité affaire à des
êtres tout à fait imparfaits et aussi faillibles que les humains ?
Amha ils sont forcément faillibles et probablement imparfaits, pas
autant que les hommes, peut-être, mais ils leur ressemblent beaucoup.
Bob Thomson
2006-07-24 21:49:14 UTC
Permalink
(.......)
La religion sumérienne ne connait ni Lucifer ni Satan et encore
moins la connotation négative que nous en avont actuellement ...
Comprenez bien que Lucifer, veut dire "porteur de lumière" qui en
réalité signifie "Porteur de connaissance" (car lumière =
connaissance, sagesse), et c'est assimilé à la planete vénus
(l'étoile la plus brillante du ciel) vénus étant également le
symbole de "force féminine", fécondité, sagesse, "sophia"
(philosophia)... Tout se mélange un peu voyez-vous ? Vous noterez
qu'Enki, est également appellé "l'Ingénieux", c'est le "savant" du
panthéon sumérien, il est le symbole de la sagesse et de la
connaissance, c'est la 'lumière' du panthéon sumérien. D'autre
part, c'est le serpent qui propose a adam et eve de manger de
l'arbre de la *connaissance* du bien et du mal... le serpent est
"l'instructeur" (version gnostique) et le "saveur" du déluge.
Sur le coup du serpent dans la Genèse, il y a des choses qui me
sont venues à partir de lectures variées et d'inspirations diverses,
et que je livre ici un peu telles quelles (c'est en chantier).

Je me place dans l'hypothèse où les Elohims pourraient bien être
des Extraterrestres.

Petite note au passage, selon Sichin, ils étaient venus depuis la
mystérieuse planète Nibiru chercher de l'or sur la Terre pour
vaporiser de la poussière d'or dans leur atmosphère, la seule
solution qu'ils aient trouvés pour maintenir un effet de serre
suffisant pour épargner les variations extrêmes de température
dues à la très forte excentricité de l'orbite de leur planète. Donc
les Elohims ne veulent pas faire ce boulot de mineurs, ils ont
besoin de travailleurs, se lancent dans l'ingénierie génétique et
"fabriquent" homo sapiens à partir d'hominidés et de quelques
gènes "bizarres". Sichin remarque en effet que homo sapiens
est identique à 98% au chimpanzé par exemple, mais que parmi
les gènes spécifiques, les 2/3 ne se retrouvent dans strictement
aucune espèce apparentée (mammifères, je crois), en fait nulle
part, sauf dans des bactéries.

Il y a en fait deux projets concurrents d'ingénierie génétique, et
il est prévu un croisement pour arriver au résultat final. Une
"équipe A" fait Lilith tandis qu'une "équipe B" fait Adam. Pas de
bol, Lilith trouve qu'Adam n'est pas au top de ce qu'elle attend
et l'envoie paître ailleurs. Lilith est blâmée, évidemment. Elle
trouvera refuge et protection auprès de Lucifer le temps que le
Moloch en question soit déboulonné.

Là-dessus, l'équipe B bricolera vite fait sur le gaz Eve à partir du
matériel génétique d'Adam (ce sera accessoirement le début des
enquiquinements). Comme l'a remarqué R. Barjavel, le choix du
mot "chromosome" est un peu idiot, il se réfère à une propriété
de coloration, tandis que le mot "côte" utilisé dans la Genèse
peut désigner d'une façon fort parlante la forme des paires de
chromosomes. Et si, en schématisant à peine, on enlève une
côte à un chromosome X, on obtient alors un chromosome Y
(notez l'inversion, mais en réalité, on retrouve bien là la notion
que le sexe fondamental est le féminin, dont le masculin est
produit par différenciation).

Le coup de la pomme, maintenant: le serpent enroulé autour
du tronc symbolise l'énergie de la Kundalini. Quant à la pomme
et ses pépins, c'est une histoire de petites graines. Que fait donc
le Serpent? Lucifer, véritable inspecteur de contrôle qualité,
vient voir ce que valent les deux "prototypes" sur le plan sexuel.
Le résultat est décevant - Lucifer met le doigt sur le bogue. Que
fait le responsable de l'époque, apparemment Moloch, un vrai
autocrate ? Il blâme l'inspecteur: tout est de sa faute, bien sûr.
Ce con est allé mettre son nez pile là où y fallait pas. Comme
de bien entendu, dans une logique molochienne, le sexe est la
racine du mal, Lilith une affreuse, Lucifer un méchant, etc.
Cherchez l'erreur dans les enseignements monothéistes.

Le péché originel serait en réalité un problème d'ingénierie
génétique, la gestion de la testostérone programmée dans le
chromosome Y n'est qu'un pis-aller (une rustine, selon l'argot
des développeurs - ou codeurs, ici d'ADN), car chez le mâle de
l'espèce humaine, cela entraîne une association entre sexualité
et agressivité. Regardez les statistiques sur le sexe des auteurs
de crimes violents si vous ne me croyez pas.

Enfin voilà, c'étaient mes deux grains de sel.
--
Bob Thomson
Melly
2006-07-24 13:51:21 UTC
Permalink
Post by elmoi
Extraits de: © 2002 /2005 - SecreteBase - Tous droits réservés
La religion sumérienne et la Bible
Abraham, était sumérien [d'autres sources disent akkadien, et s'il avait
été sumérien il ne serait pas sémite, ndrl], natif de Ur. Il ne fait
donc pas de doute qu'il ne fut pas monothéiste de naissance, bien au
contraire [ce qui n'exclut pas forcément qu'il soit akkadien, ndrl]. Il
adorait très probablement les dieux sumériens, au sommet duquel se
trouvait la Divine Triade ( An, Enlil et Enki ).
Abraham reçut un appel de Dieu à l'âge de 75 ans (Genèse 12). Dieu lui
demandait de quitter Sumer pour s'établir en Canaan ( Israël ) et
appelait Abraham à se consacrer à Lui.
Dans l'hébreu du texte original, ce Dieu était " El ", le dieu principal
du panthéon cananéen, le dieu du temps.
El est la forme cananéenne évoluée du dieu sumérien " Enlil ". Par
transformations linguistiques successives " Enlil " (sumérien primitif),
se transforma en " Ellil "(akkadien) puis devint " El " en cananéen.
Enlil était le dieu du vent chez les sumériens, chez les akkadiens, il
était aussi le dieu de l'air et du ciel, chez les cananéens il était le
dieu du Temps.
[...]
" Yahvé " n'est peut-être pas non plus étranger au panthéon sumérien,
sous une forme plus primitive, avant les évolutions linguistiques
habituelles, " Yahvé " était probablement connu des sumériens sous le
nom d' " Enki " ou " Ea " (qui se prononce Eyah), le fameux dieu qui
sauva les hommes du déluge, le dieu des eaux, celui qui participa à la
création du monde avec Enlil.
William Bramley écrit dans " Die Götter von Eden " sur les Sumériens : "
Sur les tablettes mésopotamiennes, la création de l'HOMO SAPIENS est
attribué surtout à un " Dieu ". Le nom de ce " Dieu " est EA. Il aurait
été le fils d'un roi de ces extra-terrestres qui, dit-on, régnait sur
une autre planète appartenant au vaste royaume de cette race
extra-terrestre. Le prince EA était connu sous le titre " ENKI " ( le
seigneur ou le prince) de la Terre. D'après les textes des Sumériens, le
titre d'EA n'était pas tout à fait approprié. Il aurait perdu au profit
de son demi-frère " ENLIL " d'immenses territoires de la Terre sur
lesquels il régnait, suite à une des innombrables rivalités et intrigues
qui préoccupaient apparemment les régnants de cette civilisations
extra-terrestres. "
On attribue à EA PRINCE DE LA TERRE non seulement la " création de
l'homme " mais aussi beaucoup d'autres réalisations. Il aurait asséché
les marais du golfe Persique pour les remplacer par des terres fertiles,
il aurait construit des digues et des bateaux et aurait été un bon
scientifique. Par sa création de l'homo sapiens, il donna la preuve
qu'il s'y entendait dans la technique génétique, mais, si on en croit
les tablettes en argile, cela nécessita beaucoup d'expérimentations. Et,
ce qui est important, c'est qu'il aurait été bienveillant avec sa
création, l'homo sapiens. D'après les textes de Mésopotamie, EA prit
parti pour le nouveau genre humain au conseil des extra-terrestres. Il
s'éleva contre beaucoup de cruautés que d'autres extra-terrestres, et
parmi eux son frère Enlil, infligèrent aux hommes. Il ressort des
tablettes sumériennes qu'il ne voulait pas faire de l'homme un esclave
mais qu'il fut mis en minorité par les autres. Les hommes qui n'étaient
pour eux rien d'autre que des bêtes de somme furent traités cruellement
par leur maîtres. On parle dans les tablettes de famines, maladies et de
ce que nous appelons aujourd'hui, la conduite de guerre biologique. Mais
comme ce génocide ne faisait pas assez régresser la population humaine,
les extra-terrestres décidèrent d'exterminer les hommes en provoquant un
grand déluge.
============================
D'après la thèse de Sitchin, (*) les " ANNUNAKIENS " des mythes
sumériens, " ceux qui descendaient du ciel sur la Terre ", étaient des
extra-terrestres venant d'une planète encore inconnue de notre système
solaire qui fait le tour du Soleil en 3600 ans. Ces Annunakiens
atterrirent pour la première fois sur notre Terre il y a environ 450.000
ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire de l'or et
d'autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l' HOMO
SAPIENS il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations
génétiques sur des femelles d'hominiens. Ils avaient besoin d'aide, car
ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La
Mésopotamie fut leur première colonie.
(*) Zecharia Sitchin, auteur de " Am Anfang war der Fortschritt " ( Au
début était le progrès ) et de " Der zwölfte Planet " ( La douzième
planète ), maîtrise, entre autres, l'araméen, la langue de Jésus et de
ses disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire
l'écriture des anciens SUMERIENS
-------------------------------------------
Et ça nous amène à Nibiru mais là n'est pas le propos.
Une autre lecture de la Genèse (celle que je défends) rejoint cette
vision d'existence d'itis dont je parlais dans mes derniers posts.
Je n'ajoute pas de commentaires, à chacun d'y voir ce qu'il veut...
Bravo, Elmoi, encore un coup de maître.


Si je te lis bien, s'ils sont venus il y a 450 000 ans et que la planète
repasse tous les 3600 ans ... on en est à leur 1250 ième passage.
D'autre part, si on veut qu'ils ne tardent pas à repasser, ça voudrait
dire que leur dernier passage remonte à - 1600 ans en gros.
or, que s'est il passé vers l'an - 1600 ?
C'est le passage de l'âge du bronze ancien à l'âge du bronze moyen :

Et ça dure, disent les experts, à peu près 3000 ans.... comme c'est
bizarre !
Et c'est aussi l'âge où on utilise l'or comme valeur marchande et où on
la thésaurise. Z'aimaient l'or, les Nibiruteux, non ?

Bon, je ne m'y connais pas assez en archéo et en proto spiritualité pour
pousser plus loin.
--
Melly
elmoi
2006-07-24 14:54:19 UTC
Permalink
Post by Melly
Bravo, Elmoi, encore un coup de maître.
Merci, j'essaye d'apporter quelque chose au débat.
Post by Melly
Si je te lis bien, s'ils sont venus il y a 450 000 ans et que la
planète repasse tous les 3600 ans ... on en est à leur 1250 ième
passage. D'autre part, si on veut qu'ils ne tardent pas à repasser,
ça voudrait dire que leur dernier passage remonte à - 1600 ans en
gros. or, que s'est il passé vers l'an - 1600 ?
Et ça dure, disent les experts, à peu près 3000 ans.... comme c'est
bizarre !
Et c'est aussi l'âge où on utilise l'or comme valeur marchande et où
on la thésaurise. Z'aimaient l'or, les Nibiruteux, non ?
Ça devait peut-être leur servir à quelque chose d'essentiel, va
savoir...

En tous cas, si tout ça a quelque chose à voir avec la réalité, je ne
peux y voir que des êtres rationnels et non pas des esprits ou des
identités (purement) spirituelles ou toute autre sorte d'êtres
surnaturels.
Post by Melly
Bon, je ne m'y connais pas assez en archéo et en proto spiritualité
pour pousser plus loin.
:)
Loading...