Discussion:
La santería et le palo mayombe seraient pratiqués au sein du gouvernement vénézuélien
Add Reply
Cardinal de Hère
2018-04-19 04:18:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
C'est avec stupeur que j'ai appris il y a peu que Chavez était impliqué,
avec son successeur Maduro, dans des cultes afro-caribéens comme la
santería et le palo mayombe. Ce sont bien sûr des rumeurs qui circulent
mais elles sont nombreuses et s'appuient sur un substrat réel : les
profanations de cimetières pour récupérer les crânes et les tibias qui
sont utilisés dans les rituels du très étrange et parfois violent palo
mayombe sont de plus en plus nombreuses au Venezuela. On peut bien sûr
les expliquer par la terrible crise qui frappe ce malheureux pays et la
récupération de l'or et des bijoux enterrés avec les morts. Il n'en
reste pas moins que les crânes et les tibias disparaissent aussi et eux
ils n'ont de valeur que pour les paleros.

Originaire d'Afrique Centrale, ayant transité par les Caraïbes, le palo
mayombe est extrêmement prisé dans les milieux hyper violents comme ceux
des narcotrafiquants mexicains et latino-américains en général ainsi que
des terroristes (au Mexique, en Colombie, peut-être au Venezuela le
narcotrafic et le terrorisme sont étroitement mêlés). Les rituels du
palo mayombe qui sont censés mettre en relation avec l'esprit des morts
sont utilisés par les narcotrafiquants et leurs soldats pour se protéger
eux-mêmes, protéger leur foyer, protéger leurs proches. Certains de ces
rituels vont bien plus loin puisqu'ils sacrifient des animaux voire même
des êtres humains dans des tortures atroces. Dans ce cas le palo mayombe
est souvent décrit comme une variante de satanisme.

Voici quelques liens pour ceux qui désireraient approfondir la question.
Je ne puis bien sûr garantir la véracité des accusations portées contre
Chavez ou Maduro. Comme dit le proverbe, qui veut noyer son Maduro
l'accuse de brujería !

<https://www.aciprensa.com/noticias/ni-los-muertos-tienen-paz-en-venezuela-profanacion-santeria-y-satanismo-en-caracas-66356>
<https://www.lapatilla.com/site/2016/10/20/caiga-quien-caiga-cuando-la-brujeria-esta-por-encima-de-la-ideologia-por-angel-monagas/>
<http://www.penumbralivros.com.br/2018/01/adolfo-de-jesus-constanzo-o-serial-killer-que-usava-palo-mayombe-para-matar/>

Le dernier est particulièrement intéressant :
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Cardinal de Hère
2018-04-19 04:43:57 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Ce passage est fondamental pour comprendre l'hybridation entre le
terrorisme, le trafic de drogue et la pensée magique et ce au plus haut
niveau, les chefs des FARC :

Brujería armada

El 25 de agosto de 2013 caía el jefe del Frente 57 de las FARC en la
frontera entre Panamá y Colombia.

Virgilio Antonio Vidal Mora, alias ‘Sílver’, fallecía durante un
bombardeo del ejército colombiano, al campamento del Frente 57 de las
FARC, en la frontera de colombopanameña. Silver había ingresado en las
FARC 30 años antes. Su lucha, que empezó motivada por ideales
revolucionarios, evolucionó hacia el narcotráfico, excusándose, como
muchos comandantes de las guerrillas colombianas, en que la lucha
revolucionaria requería grandes cantidades de dinero para pagar armas,
municiones o explosivos. Y si el mayor negocio de Colombia es el tráfico
de cocaína, los guerrilleros decidieron que el narcotráfico debía
contribuir a su lucha revolucionaria… Así, poco a poco, los ideales
marxistas del pasado fueron desdibujándose devorados por el verde de la
selva, transformando a las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia
en simples narcotraficantes, como los que en su origen decían combatir.

Para los servicios de inteligencia colombianos Silver terminó por
convertirse en uno de los principales responsables del tráfico de armas
y drogas de las FARC, vinculado directamente con el cártel mexicano de
Sinaloa. Y, como los de Sinaloa, Silver compartía también una arraigada
creencia: la brujería podía protegerle de las balas.

Solo tres meses antes un grupo de 11 guerrilleros del Frente 57 de las
FARC, encabezados por Alfredo Úsuga, alias Marlon, abandonaron la lucha
armada desmovilizándose, y uno de ellos, Breiner, hombre de confianza
de Sílver, relató a los servicios de inteligencia como había acompañado
a su comandante a la consulta Maritza Cerdeño, una conocida santera de
Aparadó, pueblo natal del comandante de las FARC, y quien lo habría
introducido en las artes de la magia. Maritza Cerdeño ya había iniciado
anteriormente a otros guerrilleros históricos, como Noel Matta Matta
(Efrain Gúzmán “el viejo”), uno de los fundadores de las FARC junto con
Tirofijo y Miguel Pascuas.

Según la confesión de Breiner, Silver “dice que las balas del enemigo no
le entran cuando está en combate. Anda embambado con cadenas, de las que
le cuelgan unos amuletos… En las noches se retira a su cambuche, en el
que nadie entra, hace unas invocaciones, se baña con unas pócimas de
hierbas que carga en el morral. No entra ni siquiera Mery, su compañera
sentimental (a la que reclutó para las FARC con 12 años). El que lo
moleste lo manda a fusilar…”.

Más aún, el arrepentido relató algunas de las historias que circulaban
entre los guerrilleros, y que pretendían certificar los poderes mágicos
del Comandante
Silver, como aquella ocasión en que echó un “mal de ojo” a Rigo, otro
guerrillero perteneciente al Bloque Iván Ríos de las FARC, con quien
había discutido y a quien, en presencia de varios guerrilleros, auguró
una muerte inminente: “‘Rigo’ se enfermó; tenía fiebre y alucinaciones,
decía que ‘una sombra lo perseguía en las noches’. Una mañana unos
compañeros lo encontraron muerto dentro de la tienda. Decían que
‘Sílver’ le dijo a la bruja que se lo llevara…”.

Guerrilleras embrujadas
Erika Gabrial, reportera del programa colombiano Testigo Directo,
consiguió entrevistar a dos guerrilleras desmovilizadas que vivieron en
primera persona los rituales de brujería en los grupos armados de
Colombia. Lliliana combatió durante 12 años en la Compañía “Guerreros de
Sindagua” del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y Nataly en el
Frente 1º de las FARC. Ambas dieron testimonio de cómo algunos mandos de
las guerrillas utilizaban a Payés, brujos locales de la selva
colombiana, para realizar rituales de brujería con diferentes objetivos:
protegerse del ejército colombiano en los enfrentamientos armados;
solucionar problemas de salud que surgen en la selva o incluso obtener
los favores sexuales de las guerrilleras de sus compañías.

El antropólogo Nestor Alejandro Pardo, de la Universidad Nacional de
Colombia, ha estudiado a fondo el tema. Autor de varios trabajos sobre
la brujería contemporánea en las guerrillas colombianas recogió el caso
de una guerrillera que supuestamente habría recibido 30 balazos antes de
caer abatida… se había incrustado un crucifijo en el hombro.

Según las investigaciones de Pardo algunos guerrilleros “rezan a las
balas y al armamento para que sea más efectivo”, y acuden a los payés
para “hacerse invisibles o invulnerables a las balas de la policía y el
ejército”.

Antes de entrar en combate acuden a un Payé o brujo local, que realiza
los rituales de protección, cuando no les enseña a los terroristas como
hacerlos ellos mismos. Y así, confiados en la magia de la brujería, en
una protección sobrenatural que los hace invulnerables, se lanzan con
mayor aplomo y confianza a la lucha. Y eso siempre suele jugar a su
favor. Por ello, cuando sobreviven al combate, en el que solo la
confianza en si mismos ha contribuido al éxito, refuerzan erróneamente
la idea de que la brujería puede protegerles.

El problema es que con frecuencia sus asesores mágicos no son más que
estafadores, que intentan lucrarse de su ignorancia, aumentando el
precio de los rituales, argumentando que los dioses requieren
sacrificios más costosos. Más animales, o animales más grandes o raros…
incluso seres humanos. Solo así los rituales serán más potentes y los
éxitos estarán asegurados…

El siguiente paso era predecible. Más allá de religiones lícitas y
ancestrales, como la Santeria o la Wicca, los criminales buscan el favor
de dioses más poderosos… o del mismo Satán.
Cardinal de Hère
2018-04-19 05:02:27 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Ce passage est fondamental pour comprendre l'hybridation entre le
terrorisme, le trafic de drogue et la pensée magique et ce au plus haut
Dans le passage suivant on voit comment le journaliste, très gêné par
les rituels de torture à mort du palo mayombe, parle de dévoiement
sataniste de cette religion ancestrale qu'il tient en estime ! Bien
entendu ces tortures sont en relation avec le trafic de drogue et leur
but est toujours le même : obtenir une protection magique contre la
police, la concurrence, le mauvais sort, etc. On notera que le
"padrino", le parrain, était en relation avec la haute société
mexicaine, en particulier le milieu people.

Los narcosatánicos de Matamoros

Tuve la primara noticia sobre la increíble historia de Adolfo de Jesús
Costazgo de la mano de Torcuato Luca de Tena. El destino quiso que a
mediados de ese año 1989 el fundador del ABC y autor del célebre “Los
renglones torcidos de Dios” y quien esto escribe, coincidiesen en un
debate televisivo sobre la figura del Diablo.

Luca de Tena acababa de regresar de México, donde residía desde mediados
de los setenta, y todavía llegaba conmocionado por la noticia que esos
días había colapsado los medios aztecas.

Una secta satánica de narcotraficantes, que había realizado docenas de
sacrificios humanos, acababa de ser desmantelada por la policía. El
escándalo salpicaba a famosos y conocidos cantantes, actores, políticos…

Todo comenzó, como comienzan estas cosas, en un control rutinario de
carreteras. El lunes diez de abril de ese año David Serna Valdez, de 22
años, conducía una camioneta Chevrolet Silverado (matrícula 1068RP)
cerca de la frontera de México con EEUU cuando se encontró con un
control policial en la carretera de Matamoros A Reynosa, que bordea la
frontera de México con EEUU.

Perdió los nervios. En lugar de detenerse aceleró, originando una
espectacular persecución que terminó a la altura del kilómetro 39, ya
dentro de rancho Santa Elena. David Serna creía que en el rancho estaría
a salvo de la policía… Se equivocó.

En la furgoneta los agentes encontraron restos de marihuana y una
pistola del 38 especial. En el rancho fue detenido otro tipo: Domingo
Reyes Bustmante. Su comportamiento resultaba sospechoso. Parecía
confuso. Ni Valdez ni él parecían dar crédito a la presencia policial en
el rancho. Era como si los sistemas de protección mágica que en teoría
protegían Santa Elena de la policía hubiesen perdido su poder…

Tras un intenso interrogatorio, probablemente tortura, Valdez se
derrumbó confesando su pertenencia a un cártel de narcotráfico, y como
acababan de entregar en Rio Bravo un pedido de 300 kg de marihuana. Sin
embargo el detalle más escalofriante de su confesión superaba todas las
expectativas de la policía: Valdez confesó que el capo de su
organización era un brujo cubano que realizaba sacrificios humanos en
rituales mágicos, para obtener la protección de los espíritus…

Domingo Reyes confirmó las increíbles declaraciones de su compinche, y
señaló la ubicación de otra base de la organización: una lujosa mansión
en Matamoros donde son detenidos más miembros del cártel: los hermanos
Elio y Ovidio Hernández Rivera y su primo Serafín Hernández García.

Comenzaron los registros. Drogas, armas… y una fosa común con una docena
de cuerpos humanos a los que les había extirpado el corazón o el cerebro
en macabros rituales de brujería. También encontraron las Gnangas, muy
parecidas a las que yo he podido examinar en Cuba, Dominicana o Haití.
Pero en este caso los huesos y cráneos de animales sacrificados podían
ser sustituidos por restos humanos… Después vinieron más. La
organización contaba con fincas y pisos en diferentes puntos del país.


Los agentes de policía estaban desbordados. Nunca antes se habían
enfrentado a algo parecido. Pronto en otras partes del Santa Elena, y en
otras propiedades de la organización, como el rancho Santa Liberada, se
encontraron más cadáveres. Después de registrarían la mansión del lujoso
barrio de Obispado de Monterrey, la del número 47 de la calle Papagayos,
etc.

Imposible detener el escándalo. La policía inicia un despliegue sin
precedentes en el estado, a la busca y captura de “El Padrino” y sus
secuaces más directos: Alvaro de León Valdez “Duby”, Omar Francisco
Orea, Martín Quintana (su lugarteniente) y la escultural Salara
Villareal Aldrete (musa y amante de “El
Padrino” a quien algunos se referían como “La Madrina”. Pero la noticia
no puede contenerse y copa todos los titulares: “narcosatánicos en
Matamoros”. “El Padrino” y sus colaboradores más directos inician la
fuga, y durante tres semanas consiguen burlar el operativo, de más de
300 agentes, que siguen su pista por todo México.

Mientras los forenses continúan desenterrando cuerpos en las propiedades
de la organización. En las autopsias consigue identificarse a las
primeras víctimas. Casos abiertos de desaparecidos, consiguen por fin
ser resueltos. Pero los exámenes evidencian que algunos de ellos han
sido sometidos a tormentos atroces, presuntamente durante el transcurso
de rituales de brujería. El transexual Claudia Ivette, por ejemplo fue
descuartizado, le extirparon los ojos y le arrancaron la pial.
Al joven norteamericano Mark Kirloy, le habían amputado las piernas,
extraído el cerebro y con su columna vertebral “El Padrino”, se había
hecho un alfiler de corbata… El asesinato de Kirloy implicó en la
investigación a las autoridades norteamericanas.

El desenlace
Por fin, el 6 de mayo, “El Padrino” y grupo de seguidores más leales es
localizado en el histórico barrio de Cuauhtémoc, en el norte de México
Distrito Federal. Allí, en el cruce de las calles Río Balsas con Río
Serna, concretamente en el apartamento 11 del número 19 de Rio Serna,
se había parapetado el núcleo duro de los “narcosatánicos” de Matamoros.

Justo enfrente todavía hoy se erige un kiosco de prensa donde aún
recuerdan aquel soleado día de mayo de 1986, en que las balas comenzaron
a llover del cielo, desde la azotea del edificio situado en la esquina.

Rodeados por la policía “El Padrino” y sus hombres comenzaron a disparar
contra la policía que les invitaba a rendirse. Pero “El Padrino” no
estaba dispuesto a dejarse atrapar. Después de 45 minutos de intenso
tiroteo entrega su ametralladora a León Valdéz “Duby” ordenando que le
disparase, pero el joven no se siente capaz de “suicidar” a su bienamado
Padrino. Este decide ponérselo fácil y meterse dentro de un armario para
que Duby no vea sus rostro al aparetar el gatillo. Y sentencia: “Mátame
o te irá muy mal en el infierno”… Duby asiente resignado.


Martín Quintana, fiel hasta la muerte a su Padrino, decidió morir a su
lado y entró con él en el armario recibiendo una lluvia de balas. Para
cuando el resto de la banda, incluida “La Madrina” se rindieron, y la
policía entró en el apartamento, el Padrino y su fiel lugarteniente ya
estaban muertos. Había prometido que no entraría en prisión y cumplió su
palabra.

Torcuato Luca de Tena, según me relató en nuestro encuentro, siguió día
a día la evolución del caso que acaparaba los titulares de toda la
prensa mexicana e internacional. El Padrino, cuyo nombre real era Adolfo
de Jesús Costazgo, había nacido en Miami
en 1962. Se había iniciado en el Palo Mayombe o Regla Conga, una
religión afrocubana, siendo apenas un adolescente y durante años había
sobrevivido
gracias a sus conocimientos de dicha religión, y a una consulta como
echador de tarot. Pero, tras establecerse en México, comenzó a utilizar
los contactos que le ofrecía sus consulta: policías, actores,
delincuentes, para iniciar su propio negocio de narcotráfico,
pervirtiendo los principios de una religión
ancestral y legítima como la Regla Conga, y convirtiendo el Palo Monte
en una particular forma de satanismo para fidelizar a sus seguidores,
aterrorizar a sus enemigos, y obtener “protección mágica” contra las
autoridades. Obviamente tampoco a él le funcionó.

Según me explicó Torcuato Luca de Tena entonces, y pude comprobar a
medida que las noticas llegaban a España, El Padrino estaba muy bien
relacionado con la alta sociedad azteca. Pronto el escándalo salpicó a
políticos, actores, cantantes, etc, a los que se vinculó con los
narcosatánicos de Matamoros: Desde el cantante Oscar Athie, a la famosa
actriz Irma Serrano “la tigresa”, pasando por Lucía Méndez, el
peluquero Alfredo Palacio o la también cantante Yuri, que poco antes
había triunfado en España apadrinada por Juan Pardo.


Pero quien focalizó la atención de la prensa mundial fue ella… “la
Madrina”. Sara María Aldrete Villareal. Nacida en Matamoros, en 1964. Su
casi metro noventa de estatura y su natural belleza, no hacían que
pasase desapercibida. Y un
ciudadano estadounidense, Miguel Zacarias, consiguió casarse con ella el
día de Halloween de 1983, pero el matrimonio apenas duró cinco meses.
Sin embargo Sara ya había conseguido la nacionalidad norteamericana.

Estudiante ejemplar de educación física, becada por el Texas Southmost
College, conoció a Costazgo en julio de 1987 en una calle de Matamoros.
El se convertiría en su amante y la iniciaría en su compleja mezcla
ritual de Palo Monte, brujería azteca y satanismo, ordenándola como “La
Madrina”.

Condenada a a 647 años de prisión, actualmente cumple su pena en una
prisión de México, pero si algún día fuese liberada tendría que
enfrentarse a otro proceso en EEUU por el asesinato de Mark Kirloy. Hace
unos años publicó su propia versión de la historia en el libro “Me dicen
la narco satanica”, y ha concedido diferentes entrevistas a medios
mexicanos e internacionales asegurando que siempre fue una víctima,
secuestrada por Costazgo, y que su confesión, durante el juicio, fue
arrancada a fuerza de torturas y violaciones por parte de la policía.

Sin embargo su historia era demasiado fascinante, y ya se han producido
varias películas relatando su vinculación con los narcosatánicos de
Matamoros.

En 1997 el director español Alex de la Iglesia también quedo subyugado
por la increíble historia de Sara Aldrete, dirigiendo la película
“Perdita Durango”, en la que la actriz Rosie Pérez interpreta a una
sanguinaria y ambiciosa Aldrete, y nuestro oscarizado Javier Bardén al
personaje inspirado en Adolfo de Jesús Costazgo. En una de las
entrevistas que concedió a Pepe Navarro, durante la promoción de la
película, repleta de torturas, sangre y vísceras, dijo que tras
documentarse a fondo sobre la historia de Sara Aldrete y Costazgo, había
decidido suavizar las escenas de los rituales… “Si lo cuento como
ocurrió realmente –dijo- nadie se lo creería”.

Manuel Carballal
Cardinal de Hère
2018-04-19 05:33:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Ce passage est fondamental pour comprendre l'hybridation entre le
terrorisme, le trafic de drogue et la pensée magique et ce au plus
Dans le passage suivant on voit comment le journaliste, très gêné par
les rituels de torture à mort du palo mayombe, parle de dévoiement
sataniste de cette religion ancestrale qu'il tient en estime ! Bien
entendu ces tortures sont en relation avec le trafic de drogue et leur
but est toujours le même : obtenir une protection magique contre la
police, la concurrence, le mauvais sort, etc. On notera que le
"padrino", le parrain, était en relation avec la haute société
mexicaine, en particulier le milieu people.
Los narcosatánicos de Matamoros
Tout cela nous rappelle bien sûr une histoire plus proche de nous, née
dans nos banlieues transformées en enfer de banditisme par la racaille
de gauche, avec la bénédiction de la racaille de droite et de celle du
centre. Et cette politique française est devenue par la suite
européenne. Elle a été adoptée en Suède avec comme résultat une
explosion de la criminalité que les autorités se refusent avec une
obstination fanatique à réprimer. Et dans bien d'autres pays encore dont
la Belgique ou l'Allemagne de Merkel.

Cette histoire commence dans les banlieues de notre pays de salopards et
ici les salopards ce sont d'abord les autorités françaises qui ont
laissé se développer des ghettos avec une criminalité hyper-violente qui
allait déboucher sur le djihadisme et le terrorisme. Et pendant ce temps
des enculés comme Guillet accusent l'islam des crimes pratiqués par
l'état français, car laisser se développer ces foyers de purulence sur
le sol national relève de la criminalité la plus sordide, celle dont
personne ne parle, pas même le pot-au-feu lambertiste Mélenchon ou le
couscous pasquaïen Asselineau. Les fanatiques qui ont laissé se
développer dans un pays riche ces foyers de purulence, les ordures qui
ont transformé l'éducation nationale en machine à produire des cons, des
caractériels et des violents, tous ces merdeux dont nous connaissons les
noms - il suffit de consulter la liste des ministres de l'intérieur
depuis Pasqua, de l'éducation nationale depuis Jospin (inclus) jusqu'à
aujourd'hui, et celle de tous leurs collaborateurs et conseillers de
haut niveau - sont responsables du terrorisme prétendument islamiste en
France, en Syrie et en Irak. Et personne ne traînera en justice ces
salopards, personne. Au contraire, ils seront fêtés, décorés,
récompensés, on leur offrira de gras fromages ripoublicains. Et pas un
enculé de journaliste n'en parle, eh, oh, on est en France, tout de
même, pays de cons, de salauds, d'enfoirés, de génocidaires et de
fabricants de terroristes qui donnent des leçons de morale au monde
entier. Avec la bénédiction du bon peuple, tout de même !

Il y a derrière ce terrorisme mafieux que l'on dit djihadiste et qui
s'est développé en France une volonté folle et obstinée de pervertir
l'Occident et de détruire ce qui fut la Chrétienté. Et ces fanatiques
nous savons qui ils sont : ce sont ces neocons qui se pavanent à
longueur de journée à la télé, dans les médias, dans les journaux, ce
sont ces artistes dévoyés, ce sont ces politicards minables que nous
nous entêtons à porter au pouvoir, ce sont ces dirigeants économiques
voyous qui ne voient que leur intérêt immédiat sans se préoccuper du
fait que le pays s'appauvrit et sombre par leur faute chaque fois plus
dans la haine et la violence. Et nous, nous les laissons faire. Au lieu
de les dénoncer eux, des crétins passent leur temps à accuser qui
l'islam, qui le cheminot qui se gave, qui le postier qui se la coule
douce, qui l'infirmier qui se dore la pilule. Mais enfin, ce sont les
vrais responsables qu'il faut dénoncer sans cesse, sans pitié, sans
relâche, pas les lampistes ou ceux qui n'y sont pour rien !
Cardinal de Hère
2018-04-19 05:50:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Une description rapide du rituel de palo mayombe. A noter que les
victimes blanches étaient préférées car plus influençables sous la torture !

<https://www.debate.com.mx/mexico/Me-dicen-la-narcosatanica-Sara-Aldrete-20160602-0028.html>

Dentro de sus rituales sacrificaban a los humanos peor que si fuesen
animales, no tenían piedad alguna, y lo hacían mediante el método de
brujería Palo Mayumbe, un acto afroamericano, al cual se dedicaba la
madre de Constanzo, de quien aprendió el modo de operación.

A sus víctimas las asesinaban y les sacaban órganos como el corazón, el
cerebro, y les arrancaban parte de la columna vertebral, todos estos los
vertían en un caldero y los revolvían con sangre, tortugas asadas, ajos
y otras cosas que formaban parte de un brebaje.

El brebaje se lo proporcionaban a los miembros de una banda de
narcotraficantes que operaba en el rancho Santa Elena, el cual
pertenecía a Elio y Serafín Hernández, al darles la poción les decían
que se volverían inmunes a las balas y tendrían el don de la invisibilidad.

...

Sara se convirtió en una sacerdotiza, participaba activamente en todas
las sangrientas ceremonias, además de reclutar a nuevos miembros y
explicarles las actividades de la secta.

Por su parte Constanzo persuadía a los adeptos de que se volverían
invulnerables a las balas y que tendrán el poder de hacerse invisibles
si siguen al pie de la letra sus instrucciones: confeccionar una ganga o
caldero mágico con unos ingredientes especiales, además de secretos, en
los ritos de Palo Mayombe, como son la sangre y algunos miembros humanos
mutilados, preferentemente cerebros de criminales o locos, a ser posible
de hombres de raza blanca, pues supuestamente éstos son más
influenciables por el verdugo (para el asesino la tortura a la víctima
era un factor muy importante, pues el alma de la víctima debía aprender
a temer a su verdugo por toda la eternidad con el fin de hallarse para
siempre sujeta a él).

El rito terminaba cuando los participantes bebían la sopa del caldero
formada con la sangre de la víctima, su cerebro y los demás elementos
que completan la siniestra ganga, lo cual les daría todo el poder que
los criminales deseaban.
"René Groumal
2018-04-19 06:05:24 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Une description rapide du rituel de palo mayombe. A noter que les
victimes blanches étaient préférées car plus influençables sous la torture !
<https://www.debate.com.mx/mexico/Me-dicen-la-narcosatanica-Sara-Aldrete-20160602-0028.html>
Dentro de sus rituales sacrificaban a los humanos peor que si fuesen
animales, no tenían piedad alguna, y lo hacían mediante el método de
brujería Palo Mayumbe, un acto afroamericano, al cual se dedicaba la
madre de Constanzo, de quien aprendió el modo de operación.
A sus víctimas las asesinaban y les sacaban órganos como el corazón, el
cerebro, y les arrancaban parte de la columna vertebral, todos estos los
vertían en un caldero y los revolvían con sangre, tortugas asadas, ajos
y otras cosas que formaban parte de un brebaje.
El brebaje se lo proporcionaban a los miembros de una banda de
narcotraficantes que operaba en el rancho Santa Elena, el cual
pertenecía a Elio y Serafín Hernández, al darles la poción les decían
que se volverían inmunes a las balas y tendrían el don de la invisibilidad.
...
Sara se convirtió en una sacerdotiza, participaba activamente en todas
las sangrientas ceremonias, además de reclutar a nuevos miembros y
explicarles las actividades de la secta.
Por su parte Constanzo persuadía a los adeptos de que se volverían
invulnerables a las balas y que tendrán el poder de hacerse invisibles
si siguen al pie de la letra sus instrucciones: confeccionar una ganga o
caldero mágico con unos ingredientes especiales, además de secretos, en
los ritos de Palo Mayombe, como son la sangre y algunos miembros humanos
mutilados, preferentemente cerebros de criminales o locos, a ser posible
de hombres de raza blanca, pues supuestamente éstos son más
influenciables por el verdugo (para el asesino la tortura a la víctima
era un factor muy importante, pues el alma de la víctima debía aprender
a temer a su verdugo por toda la eternidad con el fin de hallarse para
siempre sujeta a él).
El rito terminaba cuando los participantes bebían la sopa del caldero
formada con la sangre de la víctima, su cerebro y los demás elementos
que completan la siniestra ganga, lo cual les daría todo el poder que
los criminales deseaban.
Message interminable d'un troll casse-couille qui pollue ce forum.
Dégége voyou !
--
Faisons l'Europe confédérale et sortons de cette UE qui en est la
caricature.
Cardinal de Hère
2018-04-19 06:14:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
A propos de la responsabilité de la gauche dans le pourrissement de
certains quartiers ou pays on pourra lire avec profit cette courte page
qui montre que c'est le très athée et sans doute crypto-juif Fidel
Castro qui a initié le crédule Chavez aux religions afro-caribéennes,
pour mieux le tenir ! On notera que la page parle de santería et non de
palo mayombe. Ce sont à l'origine deux religions totalement différentes
mais qui ont par la suite se mêler. La santería est originaire d'Afrique
de l'ouest, des Yorubas, le palo mayombe vient de plus au sud et à
l'est, du bassin du Congo. Coup de bol pour les non hispanophones ou
lusophones la page est en français !

http://delorca.over-blog.com/2017/08/chavez-et-la-sorcellerie.html

Chavez et la sorcellerie
16 Août 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur
Metaphysik

Traduction de l'interview du journaliste hispano-venezuélien David
Placer auteur du livre "Los brujos de Chavez", une enquête menée auprès
d'une soixantaine de personne, entretien publié dans le journal mexicain
"El Universal" du 28 mai 2016.

- Qu'est-ce que révèle le livre?

- Il explique comment la politique et la superstition ont entremêlées au
Venezuela, dans un phénomène politique unique dans lequel la Santeria
cubaine a servi à exercer un contrôle sur les dirigeants politiques et
militaires. Il offre une vision jusqu'ici inédite montrant comment
Chavez et le chavisme se sont tournés vers Santeria pour accumuler et
conserver plus de pouvoir.

- Comment influencé Castro a influencé Chavez?

- Chávez avait un caractère profondément superstitieux. Il a grandi dans
les plaines vénézuéliennes écouter des histoires de fantômes et
d'esprits. Et Fidel Castro, voyant en lui cette personnalité nettement
croyante et superstitieuse, a profité de cette faiblesse. Il l'a rempli
de babalawos [hauts prêtres] de la santeria cubaine censé le le guider
dans ses voies spirituelles. Mais ces conseillers qui ont accompagné non
seulement Chavez, mais aussi les officiels chavistes de haut rang, les
gouverneurs, les militaires et chefs d'entreprises publiques, étaient
des espions. Cette révélation surprenante dans le livre est faite par
Raúl Baduel, ancien ministre de la Défense [vénézuélien], et qui était
compagnon et ami de Chavez [Baduel a rompu avec Chavez depuis 2007].

- A la mort de Chavez, comment le phénomène s'est-il prolongé dans le
chavisme?

- Maduro a hérité de cette superstition présidentielle si présente au
Venezuela parmi nos dirigeants. Le président est un disciple de Sai
Baba, qui était le chef jusqu'à sa mort d'une sorte de secte en Inde. Et
Maduro a également dit que l'esprit de Chavez lui apparaît partout: dans
le métro, à la Caserne de la Montana [où les restes de Chavez reposent]
et même sous la forme d'un petit oiseau. En plein palais présidentiel
Miraflores, il y a des éléments de Santeria comme une tête d'alligator,
des bonbons et des pétales de rose sur l'épée de Simon Bolivar. Et de
tout cela je peux en témoigner de mes propres yeux parce que j'étais
dans les salles du palais présidentiel et j'ai pris des photos de tous
ces éléments qui ne sont pas explicables autrement dans une perspective
différente de celle de Santeria.

- Qui a été la vénézuélienne Cristina Marksman pour Chavez ?

- Ce fut la première sorcière, soeur de sa maîtresse pendant plus de 10
ans, Herma Marksman, et elle lui lirait les lettres, lui faisait prendre
des bains dans les rivières pour éloigner les mauvais esprits.

- Que vous a dit Baduel de la pratique de la Santeria?

- La Santeria et la sorcellerie ont été utilisés par de hauts
responsables du chavisme avec la conviction que, avec elle, ils
pourraient obtenir plus de puissance. L'un des passe-temps des
hiérarques supérieurs est d'invoquer les esprits, généralement ceux des
Libérateurs. C'est un passe-temps qui continue à Miraflores (le palais
présidentiel). Les administrateurs eux-mêmes me l'ont avoué. Ces
épisodes ne sont pas seulement exposés par Baduel, mais aussi par une
grande partie de cercle intime de Chavez.

- Voulez-vous dire que les grandes décisions ont été influencés par
Santeria?

- Sans doute. Chaque fois que Chavez avait une réunion importante ou un
voyage, il courrait chez sa sorcière principale, Cristina Marksman.
Devenu président il a fait la même chose avec ses babalawos. Il était un
homme qui comptait beaucoup sur ces pratiques pour prendre des décisions
ou organiser des réunions.

- Quel lien y a-t-il entre la mort de Chavez et les os de Bolivar?

- Il y a une croyance répandue, non seulement parmi les adeptes de la
Santeria et du Palo, qui qui sont ceux qui effectuent des rituels avec
des os humains, que l'exhumation des os de Simón Bolívar [en 2010] a eu
des conséquences fatales pour Hugo Chávez. La cérémonie, diffusée à la
télévision tôt le matin, et où Chavez a parlé aux os de Bolivar, a été
comprise de cette façon, non seulement par les opposants adeptes de la
santeria et du palo, mais par les chavistes eux-mêmes. C'est ce qui est
connu dans les milieux populaires comme "la malédiction de Bolívar".
C'est là une conviction sans aucun fondement scientifique.

Selon ces croyances, la malédiction est tombée Chavez. Mais il est
curieux que, après la publication du livre, un certain nombre de
sorciers de l'opposition ont pris contact avec moi. Ils me demandent de
révéler le lieu d'un des sortilèges réalisés par Chavez, parce qu'ils
comprennent que grâce à cet endroit, le chavisme reste au pouvoir. C'est
là aussi une perception sans fondement scientifique ou rationnel, mais
une partie de Vénézuéliens sont convaincus que tous ces sortilèges,
toute la sorcellerie présidentielle, a eu des conséquences pour le pays.

- Il y avait un plan pour diffuser Santeria au reste du pays?

- En effet. Santeria cubaine a commencé dans la hiérarchie des
chavisme et s'est diffusée jusqu'aux bases sociales du pays. Dans les
ports, à l'aéroport, dans les ministères et les entreprises publiques où
prédomine le chavisme, domine également la Santeria. Elle est devenue la
religion officielle du régime. Et les chavistes le savaient: s'ils
étaient adeptes de la Santeria, étaient plus susceptibles de monter
quand leurs chefs étaient aussi des santeros. Le but était d'avoir une
religion officielle, parce que l'Eglise catholique a toujours été très
critique du chavisme.

- Le phénomène a-t-il été sapé par la crise au Venezuela?

- Il reste plus vivant que jamais. Tous ces éléments sont encore à
Miraflores et Nicolás Maduro et plusieurs de ses dirigeants continuent
de consulter les sorciers et les voyants. C'est une caractéristique
intrinsèque et en temps de difficultés cette dépendance aux rituels et
l'occulte augmente. L'incertitude leur fait demander de la certitude.
Ils doivent s'auto-convaincre que les problèmes disparaitront ainsi.
Cardinal de Hère
2018-04-19 06:24:12 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
A propos de la responsabilité de la gauche dans le pourrissement de
certains quartiers ou pays on pourra lire avec profit cette courte page
qui montre que c'est le très athée et sans doute crypto-juif Fidel
Castro qui a initié le crédule Chavez aux religions afro-caribéennes,
pour mieux le tenir ! On notera que la page parle de santería et non de
palo mayombe. Ce sont à l'origine deux religions totalement différentes
mais qui ont par la suite se mêler. La santería est originaire d'Afrique
de l'ouest, des Yorubas, le palo mayombe vient de plus au sud et à
l'est, du bassin du Congo. Coup de bol pour les non hispanophones ou
lusophones la page est en français !
http://delorca.over-blog.com/2017/08/chavez-et-la-sorcellerie.html
Un autre article sur le même sujet :

<http://reinformation.tv/hugo-chavez-chavisme-magie-esoterisme-david-placer-dolhein-47314-2/>

Hugo Chavez et le chavisme : une affaire de magie et d’ésotérisme, selon
le journaliste David Placer

Dépendant des diseuses de bonne aventure, des sorciers, des chamanes… Le
portrait d’Hugo Chavez, feu le président du Venezuela, tel qu’il a été
brossé par le journaliste David Placer dans un livre récent, révèle un
homme superstitieux, adepte de la magie et de l’ésotérisme. Los brujos
de Chávez (« Les sorciers de Chavez ») vient de paraître en format
digital aux éditions Sarrapia : c’est le fruit d’une enquête serrée, au
cours de laquelle l’auteur a parlé avec de nombreux proches de l’ancien
dictateur vénézuélien. Ils n’ont pas fait mystère de sa religiosité
syncrétiste qui a trouvé un écho à Cuba, et permis d’ailleurs de le
manipuler allègrement.

Tel est l’homme que l’on présentait dans certains milieux de « droite »
comme un rempart contre l’« atlantisme », lui l’allié de Poutine, de la
Chine et de Cuba…

La soif de pouvoir a poussé Hugo Chavez vers le spiritisme, la magie et
l’ésotérisme

C’est l’intense soif de pouvoir qui a poussé Hugo Chavez dans les bras
des sorciers de tout poil, et peut-être aussi un désir de proximité
fructueuse avec la frange du peuple du Venezuela qui reste proche des
pratiques religieuses pré-chrétiennes. Les premières consultations de
liseuses de cartes dont parle David Placer sont celles qui ont précédé
son coup d’Etat. Il venait d’apprendre par on ne sait quelle magie qu’il
mourrait jeune. Depuis cet instant, plus un pas, plus une décision qui
ne soient accompagnés des conseils de « sorcières », il en avait une
personnelle nommée Cristina Marksman qui lui « préparait » ainsi toutes
réunions.

Son emprise sur le futur président allait être aidée par quelques
prédictions justes et des avertissements contre la traîtrise de tel ou
tel. En cette période de recherche du pouvoir, Chavez se livrait à des
rituels païens dans les rivières et finit par s’entourer de beaucoup de
sorciers, « pensant qu’ainsi il accumulerait davantage de pouvoir »
comme l’a expliqué Placer lors d’une entretien sur son livre avec
Infocatolica.

Le journaliste raconte comment il avait abordé son sujet avec beaucoup
de scepticisme. Les rumeurs sur les travers spiritistes et ésotériques
de Chavez allaient bon train, et aujourd’hui, parmi les adeptes de ces
religions ancestrales, on prie l’ancien dictateur : mieux, on rapporte
des visions de l’homme qui errerait parmi son peuple… Alors qu’il était
mourant, en 2012, une cérémonie de prières publiques dans le cadre de la
« santeria » (la religion spiritiste des Caraïbes) fut organisée à La
Havane et retransmise en direct vers le Venezuela, tandis que les
indigènes sur place organisaient leurs rituels. Voilà pour la
superstition publique.

Le chavisme infesté par les religions ancestrales et la superstition

Mais au fil de plus de 60 entretiens, David Placer a constaté que Chavez
avait en effet un faible pour le bizarre, et que cette faiblesse a
également été exploitée. A tel point qu’aujourd’hui « le Venezuela est
un pays manipulé par la déraison », comme le note Infocatolica.

Catholique pour s’approprier un Jésus « socialiste » et séduire certains
membres de la hiérarchie de l’Eglise, évangélique pour obtenir des voix,
adepte de la santeria pour paraître proche du peuple : c’est la
dimension « rationnelle » de choix qui peuvent s’expliquer par la
volonté de mettre tout le monde de son côté. Mais à cela s’ajoute, outre
la consultation des liseuses de cartes dont Chavez était si friand, un
véritable « délire pseudo-religieux » qui s’est accompagné de la
promotion de toutes sortes de médiums et de chamanes introduits dans les
rouages du pouvoir, tandis que le Palais de Miraflores, résidence du
dictateur socialiste, des salles étaient réservées au spiritisme.

David Placer, sceptique, s’est rendu à l’évidence : le Venezuela sous
l’emprise de l’esotérisme

Selon l’ancien ministre de la Défense du Venezuela, Raul Baduel,
interrogé deux fois par le journaliste, bien des chamanes et des «
babalawos » (« prêtres » de la santeria cubaine) proches de Chavez ou
mis près de lui délibérément ont été utilisés par Fidel Castro qui y
voyait un excellent moyen stratégique pour séduire le leader gauchiste.
« Il s’est rendu compte que la faiblesse (de Chavez) était la
sorcellerie et les sciences occultes et il lui a envoyé une armée de
babalawos qui ont peu à peu occupé des positions clef dans les
ministères et les entreprises publiques », raconte David Placer.

Interrogé sur ce qui l’a le plus surpris au cours de son enquête,
celui-ci a répondu à Infocatolica que c’est l’étendue de l’emprise de
ces croyances ésotériques dont les proches de Chavez ne font d’ailleurs
nullement mystère. Et aussi les « dizaines de profanations » qui
accompagnent les rites spiritistes.
"René Groumal
2018-04-19 06:41:42 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le 19/04/2018 à 08:24, Cardinal de Hère a écrit :

Message interminable et ennuyeux d'un troll catho-intégriste qui pollue
ce forum.
RH
2018-04-24 13:41:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by "René Groumal
Message interminable et ennuyeux d'un troll catho-intégriste qui pollue
ce forum.
La fonction "kill file" du lecteur de news est là pour filtrer.

--
Cardinal de Hère
2018-04-24 13:57:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by RH
Post by "René Groumal
Message interminable et ennuyeux d'un troll catho-intégriste qui pollue
ce forum.
La fonction "kill file" du lecteur de news est là pour filtrer.
A ne pas confondre avec la tapette kill malGrou :

Loading Image...
jmh
2018-04-24 15:32:04 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by RH
Post by "René Groumal
Message interminable et ennuyeux d'un troll catho-intégriste qui pollue
ce forum.
La fonction "kill file" du lecteur de news est là pour filtrer.
Si Mr Groumal commence à plonker le Cardinal il saborde son fond de
commerce, il n'existe que grâce à lui
Cardinal de Hère
2018-04-19 08:26:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Aussi bizarre que cela puisse paraître il semble que l'usage de la
sorcellerie, de la magie et de l'occultisme en politique est une
pratique assez courante.

http://www.artefake.com/SORCELLERIE-ET-POUVOIR-POLITIQUE.html

Ce recours à l’occultisme de la part des puissants n’est certes pas une
spécificité africaine. Il n’est pas rare en Asie et, même s’il s’agit là
d’un secret bien gardé, nul parmi les initiés n’ignore qu’en France les
présidents Mitterrand et Chirac ainsi qu’un certain nombre de figures
connues de la IVème République comme Edgar Faure ont été des « clients »
assidus de cet univers fascinant.

Dans le monde arabo-musulman, des leaders politiques aujourd’hui
disparus tels Hassan II, Kaddafi, Saddam Hussein ou le roi Hussein de
Jordanie ont arpenté ces territoires inconnus et volontiers consulté des
entremetteurs de l’invisible. Sans doute n’étaient-ils pas les seuls à
le faire. Mais nulle part ailleurs qu’en Afrique subsaharienne ce
phénomène culturel est aussi ancré. Du Sénégal à l’Afrique du Sud, point
de carrière politique sans « protection » contre les adversaires, quitte
à ce que cette attitude défensive se double parfois de pratiques
sorcières à visées criminelles.
Cardinal de Hère
2018-04-19 08:27:09 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Kaddafi, Saddam Hussein
Ah, ah, ah, ça ne leur a guère porté chance !
Cardinal de Hère
2018-05-03 10:23:02 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
En Colombie la brujería (la sorcellerie) est la religion sacrificielle
des sicarios (tueurs à gage) et des guerrilleros (guérilleros) en
principe marxistes :

<http://www.revistaañocero.com/secciones/ocultismo/narcosatanismo-sacrificios-humanos>
"René Groumal
2018-04-19 06:39:53 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
A propos de la responsabilité de la gauche dans le pourrissement de
certains quartiers ou pays on pourra lire avec profit cette courte page
qui montre que c'est le très athée et sans doute crypto-juif Fidel
Castro qui a initié le crédule Chavez aux religions afro-caribéennes,
pour mieux le tenir ! On notera que la page parle de santería et non de
palo mayombe. Ce sont à l'origine deux religions totalement différentes
mais qui ont par la suite se mêler. La santería est originaire d'Afrique
de l'ouest, des Yorubas, le palo mayombe vient de plus au sud et à
l'est, du bassin du Congo. Coup de bol pour les non hispanophones ou
lusophones la page est en français !
http://delorca.over-blog.com/2017/08/chavez-et-la-sorcellerie.html
Chavez et la sorcellerie
16 Août 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur
Metaphysik
Traduction de l'interview du journaliste hispano-venezuélien David
Placer auteur du livre "Los brujos de Chavez", une enquête menée auprès
d'une soixantaine de personne, entretien publié dans le journal mexicain
"El Universal" du 28 mai 2016.
- Qu'est-ce que révèle le livre?
- Il explique comment la politique et la superstition ont entremêlées au
Venezuela, dans un phénomène politique unique dans lequel la Santeria
cubaine a servi à exercer un contrôle sur les dirigeants politiques et
militaires. Il offre une vision jusqu'ici inédite montrant comment
Chavez et  le chavisme se sont tournés vers Santeria pour accumuler et
conserver plus de pouvoir.
- Comment influencé Castro a influencé Chavez?
- Chávez avait un caractère profondément superstitieux. Il a grandi dans
les plaines vénézuéliennes écouter des histoires de fantômes et
d'esprits. Et Fidel Castro, voyant en lui cette personnalité nettement
croyante et superstitieuse, a profité de cette faiblesse. Il l'a rempli
de babalawos  [hauts prêtres] de la santeria cubaine censé le le guider
dans ses voies spirituelles. Mais ces conseillers qui ont accompagné non
seulement Chavez, mais aussi les officiels chavistes de haut rang, les
gouverneurs, les militaires et chefs d'entreprises publiques, étaient
des espions. Cette révélation surprenante dans le livre est faite par
Raúl Baduel, ancien ministre de la Défense [vénézuélien], et qui était
compagnon et ami de Chavez [Baduel a rompu avec Chavez depuis 2007].
- A la mort de Chavez, comment le phénomène s'est-il prolongé dans le
chavisme?
- Maduro a hérité de cette superstition présidentielle si présente au
Venezuela parmi nos dirigeants. Le président est un disciple de Sai
Baba, qui était le chef jusqu'à sa mort d'une sorte de secte en Inde. Et
Maduro a également dit que l'esprit de Chavez lui apparaît partout: dans
le métro, à la Caserne de la Montana [où les restes de Chavez reposent]
et même sous la forme d'un petit oiseau. En plein palais présidentiel
Miraflores, il y a des éléments de Santeria comme une tête d'alligator,
des bonbons et des pétales de rose sur l'épée de Simon Bolivar. Et de
tout cela je peux en témoigner de mes propres yeux parce que j'étais
dans les salles du palais présidentiel et j'ai pris des photos de tous
ces éléments qui ne sont pas explicables autrement dans une perspective
différente de celle de Santeria.
- Qui a été la vénézuélienne Cristina Marksman pour Chavez ?
- Ce fut la première sorcière, soeur de sa maîtresse pendant plus de 10
ans, Herma Marksman, et elle lui lirait les lettres, lui faisait prendre
des bains dans les rivières pour éloigner les mauvais esprits.
- Que vous a dit Baduel de la pratique de la Santeria?
 - La Santeria et la sorcellerie ont été utilisés par de hauts
responsables du chavisme avec la conviction que, avec elle, ils
pourraient obtenir plus de puissance. L'un des passe-temps des
hiérarques supérieurs est d'invoquer les esprits, généralement ceux des
Libérateurs. C'est un passe-temps qui continue à Miraflores (le palais
présidentiel). Les administrateurs eux-mêmes me l'ont avoué. Ces
épisodes ne sont pas seulement exposés par Baduel, mais aussi par une
grande partie de cercle intime de Chavez.
- Voulez-vous dire que les grandes décisions ont été influencés par
Santeria?
- Sans doute. Chaque fois que Chavez avait une réunion importante ou un
voyage, il courrait chez sa sorcière principale, Cristina Marksman.
Devenu président il a fait la même chose avec ses babalawos. Il était un
homme qui comptait beaucoup sur ces pratiques pour prendre des décisions
ou organiser des réunions.
- Quel lien y a-t-il entre la mort de Chavez et les os de Bolivar?
- Il y a une croyance répandue, non seulement parmi les adeptes de la
Santeria et du Palo, qui qui sont ceux qui effectuent des rituels avec
des os humains, que l'exhumation des os de Simón Bolívar [en 2010] a eu
des conséquences fatales pour Hugo Chávez. La cérémonie, diffusée à la
télévision tôt le matin, et où Chavez a parlé aux os de Bolivar, a été
comprise de cette façon, non seulement par les opposants adeptes de la
santeria et du palo, mais par les chavistes eux-mêmes. C'est ce qui est
connu dans les milieux populaires comme "la malédiction de Bolívar".
C'est là une conviction sans aucun fondement scientifique.
Selon ces croyances, la malédiction est tombée Chavez. Mais il est
curieux que, après la publication du livre, un certain nombre de
sorciers de l'opposition ont pris contact avec moi. Ils me demandent de
révéler le lieu d'un des sortilèges réalisés par Chavez, parce qu'ils
comprennent que grâce à cet endroit, le chavisme reste au pouvoir. C'est
là aussi une perception sans fondement scientifique ou rationnel, mais
une partie de Vénézuéliens sont convaincus que tous ces sortilèges,
toute la sorcellerie présidentielle, a eu des conséquences pour le pays.
- Il y avait un plan pour diffuser Santeria au reste du pays?
 - En effet. Santeria cubaine a commencé dans la hiérarchie des
chavisme et s'est diffusée jusqu'aux bases sociales du pays. Dans les
ports, à l'aéroport, dans les ministères et les entreprises publiques où
prédomine le chavisme, domine également la Santeria. Elle est devenue la
religion officielle du régime. Et les chavistes le savaient: s'ils
étaient adeptes de la Santeria, étaient plus susceptibles de monter
quand leurs chefs étaient aussi des santeros. Le but était d'avoir une
religion officielle, parce que l'Eglise catholique a toujours été très
critique du chavisme.
- Le phénomène a-t-il été sapé par la crise au Venezuela?
- Il reste plus vivant que jamais. Tous ces éléments sont encore à
Miraflores et Nicolás Maduro et plusieurs de ses dirigeants continuent
de consulter les sorciers et les voyants. C'est une caractéristique
intrinsèque et en temps de difficultés cette dépendance aux rituels et
l'occulte augmente. L'incertitude leur fait demander de la certitude.
Ils doivent s'auto-convaincre que les problèmes disparaitront ainsi.
Toutes les religions propagent l'ignorance qui leur permet de survivre
"René Groumal
2018-04-19 06:04:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Ce passage est fondamental pour comprendre l'hybridation entre le
terrorisme, le trafic de drogue et la pensée magique et ce au plus
Dans le passage suivant on voit comment le journaliste, très gêné par
les rituels de torture à mort du palo mayombe, parle de dévoiement
sataniste de cette religion ancestrale qu'il tient en estime ! Bien
entendu ces tortures sont en relation avec le trafic de drogue et leur
but est toujours le même : obtenir une protection magique contre la
police, la concurrence, le mauvais sort, etc. On notera que le
"padrino", le parrain, était en relation avec la haute société
mexicaine, en particulier le milieu people.
Los narcosatánicos de Matamoros
Tout cela nous rappelle bien sûr une histoire plus proche de nous, née
dans nos banlieues transformées en enfer de banditisme par la racaille
de gauche, avec la bénédiction de la racaille de droite et de celle du
centre. Et cette politique française est devenue par la suite
européenne. Elle a été adoptée en Suède avec comme résultat une
explosion de la criminalité que les autorités se refusent avec une
obstination fanatique à réprimer. Et dans bien d'autres pays encore dont
la Belgique ou l'Allemagne de Merkel.
Cette histoire commence dans les banlieues de notre pays de salopards et
ici les salopards ce sont d'abord les autorités françaises qui ont
laissé se développer des ghettos avec une criminalité hyper-violente qui
allait déboucher sur le djihadisme et le terrorisme. Et pendant ce temps
des enculés comme Guillet accusent l'islam des crimes pratiqués par
l'état français, car laisser se développer ces foyers de purulence sur
le sol national relève de la criminalité la plus sordide, celle dont
personne ne parle, pas même le pot-au-feu lambertiste Mélenchon ou le
couscous pasquaïen Asselineau. Les fanatiques qui ont laissé se
développer dans un pays riche ces foyers de purulence, les ordures qui
ont transformé l'éducation nationale en machine à produire des cons, des
caractériels et des violents, tous ces merdeux dont nous connaissons les
noms - il suffit de consulter la liste des ministres de l'intérieur
depuis Pasqua, de l'éducation nationale depuis Jospin (inclus) jusqu'à
aujourd'hui, et celle de tous leurs collaborateurs et conseillers de
haut niveau - sont responsables du terrorisme prétendument islamiste en
France, en Syrie et en Irak. Et personne ne traînera en justice ces
salopards, personne. Au contraire, ils seront fêtés, décorés,
récompensés, on leur offrira de gras fromages ripoublicains. Et pas un
enculé de journaliste n'en parle, eh, oh, on est en France, tout de
même, pays de cons, de salauds, d'enfoirés, de génocidaires et de
fabricants de terroristes qui donnent des leçons de morale au monde
entier. Avec la bénédiction du bon peuple, tout de même !
Il y a derrière ce terrorisme mafieux que l'on dit djihadiste et qui
s'est développé en France une volonté folle et obstinée de pervertir
l'Occident et de détruire ce qui fut la Chrétienté. Et ces fanatiques
nous savons qui ils sont : ce sont ces neocons qui se pavanent à
longueur de journée à la télé, dans les médias, dans les journaux, ce
sont ces artistes dévoyés, ce sont ces politicards minables que nous
nous entêtons à porter au pouvoir, ce sont ces dirigeants économiques
voyous qui ne voient que leur intérêt immédiat sans se préoccuper du
fait que le pays s'appauvrit et sombre par leur faute chaque fois plus
dans la haine et la violence. Et nous, nous les laissons faire. Au lieu
de les dénoncer eux, des crétins passent leur temps à accuser qui
l'islam, qui le cheminot qui se gave, qui le postier qui se la coule
douce, qui l'infirmier qui se dore la pilule. Mais enfin, ce sont les
vrais responsables qu'il faut dénoncer sans cesse, sans pitié, sans
relâche, pas les lampistes ou ceux qui n'y sont pour rien !
Toutes les religions, y compris la tienne propagent l'ignorance et la
soumission.
Du balai !
--
Faisons l'Europe confédérale et sortons de cette UE qui en est la
caricature.
"René Groumal
2018-04-19 06:02:51 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Ce passage est fondamental pour comprendre l'hybridation entre le
terrorisme, le trafic de drogue et la pensée magique et ce au plus haut
Brujería armada
El 25 de agosto de 2013 caía el jefe del Frente 57 de las FARC en la
frontera entre Panamá y Colombia.
Virgilio Antonio Vidal Mora, alias ‘Sílver’, fallecía durante un
bombardeo del ejército colombiano, al campamento del Frente 57 de las
FARC, en la frontera de colombopanameña. Silver había ingresado en las
FARC 30 años antes. Su lucha, que empezó motivada por ideales
revolucionarios, evolucionó hacia el narcotráfico, excusándose, como
muchos comandantes de las guerrillas colombianas, en que la lucha
revolucionaria requería grandes cantidades de dinero para pagar armas,
municiones o explosivos. Y si el mayor negocio de Colombia es el tráfico
de cocaína, los guerrilleros decidieron que el narcotráfico debía
contribuir a su lucha revolucionaria… Así, poco a poco, los ideales
marxistas del pasado fueron desdibujándose devorados por el verde de la
selva, transformando a las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia
en simples narcotraficantes, como los que en su origen decían combatir.
Para los servicios de inteligencia colombianos Silver terminó por
convertirse en uno de los principales responsables del tráfico de armas
y drogas de las FARC, vinculado directamente con el cártel mexicano de
Sinaloa. Y, como los de Sinaloa, Silver compartía también una arraigada
creencia: la brujería podía protegerle de las balas.
Solo tres meses antes un grupo de 11 guerrilleros del Frente 57 de las
FARC, encabezados por  Alfredo Úsuga, alias Marlon, abandonaron la lucha
armada desmovilizándose, y uno de ellos, Breiner, hombre de confianza de
Sílver, relató a los servicios de inteligencia como había acompañado a
su comandante a la consulta Maritza Cerdeño, una conocida santera de
Aparadó, pueblo natal del comandante de las FARC, y quien lo habría
introducido en las artes de la magia. Maritza Cerdeño ya había iniciado
anteriormente a otros guerrilleros históricos, como Noel Matta Matta
(Efrain Gúzmán “el viejo”), uno de los fundadores de las FARC junto con
Tirofijo y Miguel Pascuas.
Según la confesión de Breiner, Silver “dice que las balas del enemigo no
le entran cuando está en combate. Anda embambado con cadenas, de las que
le cuelgan unos amuletos… En las noches se retira a su cambuche, en el
que nadie entra, hace unas invocaciones, se baña con unas pócimas de
hierbas que carga en el morral. No entra ni siquiera Mery, su compañera
sentimental (a la que reclutó para las FARC con 12 años). El que lo
moleste lo manda a fusilar…”.
Más aún, el arrepentido relató algunas de las historias que circulaban
entre los guerrilleros, y que pretendían certificar los poderes mágicos
del Comandante
Silver, como aquella ocasión en que echó un “mal de ojo” a Rigo, otro
guerrillero perteneciente al Bloque Iván Ríos de las FARC, con quien
había discutido y a quien, en presencia de varios guerrilleros, auguró
una muerte inminente: “‘Rigo’ se enfermó; tenía fiebre y alucinaciones,
decía que ‘una sombra lo perseguía en las noches’. Una mañana unos
compañeros lo encontraron muerto dentro de la tienda. Decían que
‘Sílver’ le dijo a la bruja que se lo llevara…”.
Guerrilleras embrujadas
Erika Gabrial, reportera del programa colombiano Testigo Directo,
consiguió entrevistar a dos guerrilleras desmovilizadas que vivieron en
primera persona los rituales de brujería en los grupos armados de
Colombia. Lliliana combatió durante 12 años en la Compañía “Guerreros de
Sindagua” del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y Nataly en el
Frente 1º de las FARC. Ambas dieron testimonio de cómo algunos mandos de
las guerrillas utilizaban a Payés, brujos locales de la selva
protegerse del ejército colombiano en los enfrentamientos armados;
solucionar problemas de salud que surgen en la selva o incluso obtener
los favores sexuales de las guerrilleras de sus compañías.
El antropólogo Nestor Alejandro Pardo, de la Universidad Nacional de
Colombia, ha estudiado a fondo el tema. Autor de varios trabajos sobre
la brujería contemporánea en las guerrillas colombianas recogió el caso
de una guerrillera que supuestamente habría recibido 30 balazos antes de
caer abatida… se había incrustado un crucifijo en el hombro.
Según las investigaciones de Pardo algunos guerrilleros “rezan a las
balas y al armamento para que sea más efectivo”, y acuden a los payés
para “hacerse invisibles o invulnerables a las balas de la policía y el
ejército”.
Antes de entrar en combate acuden a un Payé o brujo local, que realiza
los rituales de protección, cuando no les enseña a los terroristas como
hacerlos ellos mismos. Y así, confiados en la magia de la brujería, en
una protección sobrenatural que los hace invulnerables, se lanzan con
mayor aplomo y confianza a la lucha. Y eso siempre suele jugar a su
favor. Por ello, cuando sobreviven al combate, en el que solo la
confianza en si mismos ha contribuido al éxito, refuerzan erróneamente
la idea de que la brujería puede protegerles.
El problema es que con frecuencia sus asesores mágicos no son más que
estafadores, que intentan lucrarse de su ignorancia, aumentando el
precio de los rituales, argumentando que los dioses requieren
sacrificios más costosos. Más animales, o animales más grandes o raros…
incluso seres humanos. Solo así los rituales serán más potentes y los
éxitos estarán asegurados…
El siguiente paso era predecible. Más allá de religiones lícitas y
ancestrales, como la Santeria o la Wicca, los criminales buscan el favor
de dioses más poderosos… o del mismo Satán.
Parle français, sombre idiot intégriste.
"René Groumal
2018-04-19 06:02:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
C'est avec stupeur que j'ai appris il y a peu que Chavez était impliqué,
avec son successeur Maduro, dans des cultes afro-caribéens comme la
santería et le palo mayombe. Ce sont bien sûr des rumeurs qui circulent
mais elles sont nombreuses et s'appuient sur un substrat réel : les
profanations de cimetières pour récupérer les crânes et les tibias qui
sont utilisés dans les rituels du très étrange et parfois violent palo
mayombe sont de plus en plus nombreuses au Venezuela. On peut bien sûr
les expliquer par la terrible crise qui frappe ce malheureux pays et la
récupération de l'or et des bijoux enterrés avec les morts. Il n'en
reste pas moins que les crânes et les tibias disparaissent aussi et eux
ils n'ont de valeur que pour les paleros.
Originaire d'Afrique Centrale, ayant transité par les Caraïbes, le palo
mayombe est extrêmement prisé dans les milieux hyper violents comme ceux
des narcotrafiquants mexicains et latino-américains en général ainsi que
des terroristes (au Mexique, en Colombie, peut-être au Venezuela le
narcotrafic et le terrorisme sont étroitement mêlés). Les rituels du
palo mayombe qui sont censés mettre en relation avec l'esprit des morts
sont utilisés par les narcotrafiquants et leurs soldats pour se protéger
eux-mêmes, protéger leur foyer, protéger leurs proches. Certains de ces
rituels vont bien plus loin puisqu'ils sacrifient des animaux voire même
des êtres humains dans des tortures atroces. Dans ce cas le palo mayombe
est souvent décrit comme une variante de satanisme.
Voici quelques liens pour ceux qui désireraient approfondir la question.
Je ne puis bien sûr garantir la véracité des accusations portées contre
Chavez ou Maduro. Comme dit le proverbe, qui veut noyer son Maduro
l'accuse de brujería !
<https://www.aciprensa.com/noticias/ni-los-muertos-tienen-paz-en-venezuela-profanacion-santeria-y-satanismo-en-caracas-66356>
<https://www.lapatilla.com/site/2016/10/20/caiga-quien-caiga-cuando-la-brujeria-esta-por-encima-de-la-ideologia-por-angel-monagas/>
<http://www.penumbralivros.com.br/2018/01/adolfo-de-jesus-constanzo-o-serial-killer-que-usava-palo-mayombe-para-matar/>
<http://elojocritico.info/narcosatanicos-pensamiento-magico-narcotrafico-terrorismo-y-crimen-organizado/>
Sans intérêt.
Saufpour toi qui vis en Amérique du Sud
Alabenne
2018-04-19 17:51:24 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Les rituels du
palo mayombe qui sont censés mettre en relation avec l'esprit des morts
sont utilisés par les narcotrafiquants et leurs soldats pour se protéger
eux-mêmes, protéger leur foyer, protéger leurs proches.
ah, et ça marche ?
--
A E U S C !
Cardinal de Hère
2018-04-19 20:23:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Alabenne
Les rituels du palo mayombe qui sont censés mettre en relation avec
l'esprit des morts sont utilisés par les narcotrafiquants et leurs
soldats pour se protéger eux-mêmes, protéger leur foyer, protéger
leurs proches.
ah, et ça marche ?
En partie. Ça ne protège pas des balles, de la police ou de la justice.
Par contre ça permet aux combattants, parce que tu as compris qu'il
s'agit de criminels combattants, d'avoir l'esprit tranquille et de se
battre comme des lions, d'être plus mobiles, plus agressifs, plus
entreprenants, plus audacieux, plus courageux...
Cardinal de Hère
2018-04-19 20:24:56 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Alabenne
Les rituels du palo mayombe qui sont censés mettre en relation avec
l'esprit des morts sont utilisés par les narcotrafiquants et leurs
soldats pour se protéger eux-mêmes, protéger leur foyer, protéger
leurs proches.
ah, et ça marche ?
En partie. Ça ne protège pas des balles, de la police ou de la justice.
Par contre ça permet aux combattants, parce que tu as compris qu'il
s'agit de criminels combattants, d'avoir l'esprit tranquille et de se
battre comme des lions, d'être plus mobiles, plus agressifs, plus
entreprenants, plus audacieux, plus courageux...
Idem pour l'islam qui promet le paradis pour ceux qui sont morts dans le
sentier d'Allah, c'est-à-dire le djihad contre les infidèles.
Loading...