Discussion:
Très belle interprétation des Polonaises de Chopin
Add Reply
K.
2017-11-22 22:42:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Les doubles mimétiques surgissent quand la rivalité est poussée à
l'extrême, devient collective, que l'objet n'a plus aucune importance
parce que le désir envieux se porte sur l'être même du ou plutôt des rivaux.
Oui, mais il me semble que la thèse de Girard sur le désir mimétique
n'a rien à voir avec la possession.
Je peux montrer, grâce à un exemple tiré d'un film, ce à quoi ressemble
une crise des doubles indifférenciés. Ça y ressemble sans l'être parce
qu'il y a encore un objet qui n'a d'intérêt que parce qu'il est désiré
par les autres. Dès qu'il cesse de l'être il perd tout intérêt.

C'est une belle illustration, en effet. Mais il s'agit d'hystérie
collective, pas de possession.
La transe de possession est sans doute un rituel, une pièce de théâtre,
qui mime la crise des doubles mais de manière contrôlée, en général avec
une conclusion sacrificielle. Mais ce n'est pas un lynchage, c'est un
sacrifice.
Ce qui s'applique à la psychologie des foules ne vaut pas forcément pour
les individus. Par exemple, il est difficile de voir un sacrifice ou une
"conclusion sacrificielle" chez les hystériques de Charcot. Pourtant, ces
femmes - car cela touchait surtout les femmes - étaient souvent décrites
comme "possédées".
Le double est symbolisé par la sphère et la fascination pour le double
est bien présente mais on reste à un niveau très rudimentaire.
Par rapport à la scène précédente, la force extérieure est ici
matérialisée.
La force extérieure c'est la rivalité mimétique.
La scène décrite (
) n'a rien à voir avec
ça. C'est plutôt une représentation de l'emprise d'une force
extérieure qui peut être un esprit, une divinité, un démon, la CIA
(Monarch), un poulpe visqueux, les E.T., etc.

Le morceau de Massive Attack fait d'ailleurs référence au vaudou et à
ses rites de possession.

Dans le reportage suivant, réalisé par une ethnologue du CNRS à la
Réunion, on voit des personnes possédées par l'esprit des ancêtres :
on constate que les mouvements des corps des médiums ressemblent
énormément à ceux qu'on observe dans le film de Zulawski, dans le
morceau de Massive Attack, mais aussi dans la pub de Kenzo :

"La danse des esprits à l'île de La Réunion"

La seule manière intelligible de rendre compte à la fois du clip Hey Now
de London Grammar et de la pub de Dior c'est le point de vue
métaphysique.
J'avoue que j'ai du mal à comprendre le clip de London Grammar. Mais la
pub de Dior est très limpide. Le message est universel et chacun peut se
projeter dans cette quête d'un "monde nouveau".
Mais une interprétation ne s'impose pas, elle se propose
et le lecteur en fait ce qu'il veut
D'accord sur ce point.
https://ordo-ab-chao.fr/kenzo-world-celebre-controle-mental-illuminati/
La sous-culture américaine n'est intéressante que lorsqu'elle permet de
déboucher sur une interprétation métaphysique ou anthropologique, ce qui
arrive très rarement.
Quoi que vous en pensiez, il est difficile de balayer d'un revers de main
ce que vous qualifiez un peu hâtivement de "sous-culture". Dans le clip
en question (
), c'est Kenzo qui *impose* en
quelque sorte sa grille de lecture avec des références appuyées au
projet MK-Ultra.
Je pensais que la chose était évidente. Une fois de plus je me suis
trompé. "Fais ce que voudras" est le commencement du long processus qui
mène le sujet vers la crise des doubles. Les deux ouvrages théoriques de
René Girard sont : Mensonge romantique et Vérité romanesque ;
Shakespeare : les feux de l'envie. Le roman qui constitue une espèce
d'histoire naturelle du mal et qui décrit tout le processus, depuis la
sortie du système d'interdits jusqu'au tourbillon final de la crise des
doubles indifférenciés est Grande Sertão : Veredas, Diadorim en
français, du génial João Guimarães Rosa.
Cela a l'air fort intéressant. J'attends votre prochain article avec
impatience.
L'article que vous avez publié sur agoravox est intéressant mais il
manque cruellement de références. En outre, vous manquez un peu de
distanciation par rapport au sujet, peut-être parce que vous êtes
vous-même possédé :D
Interprétation intéressante.
J'ai un ami exorciste qui pourrait vous aider.
Quidam, le chien propre
2017-11-22 23:01:00 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by K.
les hystériques de Charcot.
Le bon Charcot, c'est le fils, celui qui est allé voir les manchots.
--

Cardinal de Hère
2017-11-22 23:37:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Les doubles mimétiques surgissent quand la rivalité est poussée à
l'extrême, devient collective, que l'objet n'a plus aucune importance
parce que le désir envieux se porte sur l'être même du ou plutôt des rivaux.
Oui, mais il me semble que la thèse de Girard sur le désir mimétique n'a
rien à voir avec la possession.
Bien sûr que si. Dans le triangle mimétique (le *sujet* désire *l'objet*
que son *modèle* lui désigne comme désirable) le sujet est littéralement
possédé par son modèle. Et quand l'objet disparaît, c'est-à-dire quand
le désir atteint le stade de la médiation interne, le modèle devient
rival et il ne reste plus que la possession de l'esprit du modèle par
son rival. Au stade ultime, celui des doubles mimétiques indifférenciés,
le rival est à son tour possédé par le sujet ou plutôt devrait-on dire
les sujets sont possédés par les adversaires et les adversaires en tant
que sujets sont possédés par les sujets en tant qu'adversaires.
Je peux montrer, grâce à un exemple tiré d'un film, ce à quoi
ressemble une crise des doubles indifférenciés. Ça y ressemble sans
l'être parce qu'il y a encore un objet qui n'a d'intérêt que parce
qu'il est désiré par les autres. Dès qu'il cesse de l'être il perd
tout intérêt.
http://youtu.be/_zeza1xeWKM
C'est une belle illustration, en effet. Mais il s'agit d'hystérie
collective, pas de possession.
L'objet ne compte presque plus, il finit dans le caniveau. L'objet n'a
de valeur pour le sujet que parce que son modèle le désire. C'est la
définition même de la possession : le sujet est hanté par son modèle
devenu rival dans l'extrait de Blow Up.
La transe de possession est sans doute un rituel, une pièce de
théâtre, qui mime la crise des doubles mais de manière contrôlée, en
général avec une conclusion sacrificielle. Mais ce n'est pas un
lynchage, c'est un sacrifice.
Ce qui s'applique à la psychologie des foules ne vaut pas forcément pour
les individus. Par exemple, il est difficile de voir un sacrifice ou une
"conclusion sacrificielle" chez les hystériques de Charcot. Pourtant,
ces femmes - car cela touchait surtout les femmes - étaient souvent
décrites comme "possédées".
Dans Des choses cachées depuis la fondation du monde Girard dialogue
avec deux psychiatres. L'un des deux compare le mal que se font certains
"possédés" à un auto-sacrifice. Le sujet serait à la fois son propre
sacrificateur et son propre bouc émissaire.
La force extérieure c'est la rivalité mimétique.
La scène décrite ( http://youtu.be/ElvLZMsYXlo ) n'a rien à voir avec
ça. C'est plutôt une représentation de l'emprise d'une force extérieure
qui peut être un esprit, une divinité, un démon, la CIA (Monarch), un
poulpe visqueux, les E.T., etc.
C'est typique de la construction mythique. Souvent les histoires de
complots sont des constructions mythiques.
Le morceau de Massive Attack fait d'ailleurs référence au vaudou et à
ses rites de possession.
Dans le reportage suivant, réalisé par une ethnologue du CNRS à la
Réunion, on voit des personnes possédées par l'esprit des ancêtres : on
constate que les mouvements des corps des médiums ressemblent énormément
à ceux qu'on observe dans le film de Zulawski, dans le morceau de
"La danse des esprits à l'île de La Réunion"
http://youtu.be/Sh9fgCUJ3lE
C'est un rituel. A un moment on voit la vieille mémé taper gentiment sur
l'homme en transe courbé vers les plats de nourriture. C'est
transparent, c'est la folklorisation d'un rituel qui voyait le prêtre
frapper le bouc émissaire tandis que le cercle sacrificiel en transe
chantait et criait.

Encore un autre rituel : celui des frères ennemis qui s'affrontent à
coups de boule et qu'il faut séparer. L'histoire ne dit pas comment ils
se réconcilie mais on voit de très nombreuses personnes se saisir des
deux ennemis : simulacre de sacrifice suivi de la catharsis et de la
réconciliation.

Le rituel est une pièce de théâtre qui en principe va jusqu'à la mort du
bouc émissaire. Dans le processus de folklorisation le rituel est arrêté
avant la mise à mort.
La seule manière intelligible de rendre compte à la fois du clip Hey
Now de London Grammar et de la pub de Dior c'est le point de vue
métaphysique.
J'avoue que j'ai du mal à comprendre le clip de London Grammar. Mais la
pub de Dior est très limpide. Le message est universel et chacun peut se
projeter dans cette quête d'un "monde nouveau".
C'est la description du retour des parcelles de la divinité dans l'Un.
Elle détruise la matière en s'échappant de la roche, de la terre, des
arbres. Les orphiques parlaient de la rupture des vases, les kabbalistes
de la brisure des kelipoth. C'est la même structure métaphysique,
exactement la même.
Mais une interprétation ne s'impose pas, elle se propose et le lecteur
en fait ce qu'il veut
D'accord sur ce point.
https://ordo-ab-chao.fr/kenzo-world-celebre-controle-mental-illuminati/
La sous-culture américaine n'est intéressante que lorsqu'elle permet
de déboucher sur une interprétation métaphysique ou anthropologique,
ce qui arrive très rarement.
Quoi que vous en pensiez, il est difficile de balayer d'un revers de
main ce que vous qualifiez un peu hâtivement de "sous-culture". Dans le
clip en question ( http://youtu.be/ABz2m0olmPg ), c'est Kenzo qui
*impose* en quelque sorte sa grille de lecture avec des références
appuyées au projet MK-Ultra.
Le mythe est la relation d'une crise mimétique grave suivie de sa
conclusion sacrificielle, vue depuis le point de vue des lyncheurs. Ils
croient donc dur comme fer à la culpabilité et à la divinisation des
boucs émissaires lynchés. C'est la thèse de René Girard. Les mythes
constituent pour ainsi dire l'ancêtre de la pensée métaphysique humaine.
Certains mythes initiatiques servent à la fois de connaissance
métaphysique et de connaissance religieuse portant sur la crise des doubles.
Je pensais que la chose était évidente. Une fois de plus je me suis
trompé. "Fais ce que voudras" est le commencement du long processus
qui mène le sujet vers la crise des doubles. Les deux ouvrages
théoriques de René Girard sont : Mensonge romantique et Vérité
romanesque ; Shakespeare : les feux de l'envie. Le roman qui constitue
une espèce d'histoire naturelle du mal et qui décrit tout le
processus, depuis la sortie du système d'interdits jusqu'au tourbillon
Veredas, Diadorim en français, du génial João Guimarães Rosa.
Cela a l'air fort intéressant. J'attends votre prochain article avec
impatience.
J'ai passé plus de 17 ans sur Usenet à écrire sur ces sujets dans
l'indifférence et l'incompréhension générales. Ce n'est vraiment pas le
bon public et je commence à fatiguer. :-D
Interprétation intéressante.
J'ai un ami exorciste qui pourrait vous aider.
Le mien est l'Exorciste de tous les exorcistes !
K.
2017-11-23 11:16:21 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Dans le triangle mimétique (le *sujet* désire *l'objet*
que son *modèle* lui désigne comme désirable) le sujet est littéralement
possédé par son modèle. Et quand l'objet disparaît, c'est-à-dire quand
le désir atteint le stade de la médiation interne, le modèle devient
rival et il ne reste plus que la possession de l'esprit du modèle par
son rival. Au stade ultime, celui des doubles mimétiques indifférenciés,
le rival est à son tour possédé par le sujet ou plutôt devrait-on dire
les sujets sont possédés par les adversaires et les adversaires en tant
que sujets sont possédés par les sujets en tant qu'adversaires.
Post by K.
http://youtu.be/_zeza1xeWKM
L'objet ne compte presque plus, il finit dans le caniveau. L'objet n'a
de valeur pour le sujet que parce que son modèle le désire. C'est la
définition même de la possession : le sujet est hanté par son modèle
devenu rival dans l'extrait de Blow Up.
La thèse de Girard rappelle à quel point l'imitation des autres et le
conformisme déterminent nos comportements, ce qui est bien connu et
exploité par les publicitaires.

L'expérience d'Asch, réalisée en 1951, est à ce titre intéressante en
ce qu'elle démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un
individu au sein d'un groupe.

Ce n'est plus simplement ici le désir, la convoitise, mais notre propre
perception de la réalité qui peut être dirigée et manipulée :

"Expérience de Asch , le conformisme"

Post by Cardinal de Hère
Dans Des choses cachées depuis la fondation du monde Girard dialogue
avec deux psychiatres. L'un des deux compare le mal que se font certains
"possédés" à un auto-sacrifice. Le sujet serait à la fois son propre
sacrificateur et son propre bouc émissaire.
Il y a donc bien dédoublement de la personnalité du possédé, à la
fois bourreau et victime.
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
La force extérieure c'est la rivalité mimétique.
La scène décrite ( http://youtu.be/ElvLZMsYXlo ) n'a rien à voir avec
ça. C'est plutôt une représentation de l'emprise d'une force extérieure
qui peut être un esprit, une divinité, un démon, la CIA (Monarch), un
poulpe visqueux, les E.T., etc.
C'est typique de la construction mythique. Souvent les histoires de
complots sont des constructions mythiques.
Il est heureux que vous le reconnaissiez.

(...)
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
https://ordo-ab-chao.fr/kenzo-world-celebre-controle-mental-illuminati/
Quoi que vous en pensiez, il est difficile de balayer d'un revers de
main ce que vous qualifiez un peu hâtivement de "sous-culture". Dans le
clip en question ( http://youtu.be/ABz2m0olmPg ), c'est Kenzo qui
*impose* en quelque sorte sa grille de lecture avec des références
appuyées au projet MK-Ultra.
Le mythe est la relation d'une crise mimétique grave suivie de sa
conclusion sacrificielle, vue depuis le point de vue des lyncheurs. Ils
croient donc dur comme fer à la culpabilité et à la divinisation des
boucs émissaires lynchés. C'est la thèse de René Girard.
Selon la thèse de Girard, la CIA serait donc le bouc émissaire dans les
théories du complot relatives au projet MK-Ultra, de même que dans
celles l'accusant d'être derrière les attentats du 11/9.

Et ceux qui accusent le programme Apollo d'être une vaste supercherie
font de la NASA une victime expiatoire.
Post by Cardinal de Hère
J'ai passé plus de 17 ans sur Usenet à écrire sur ces sujets dans
l'indifférence et l'incompréhension générales. Ce n'est vraiment pas le
bon public et je commence à fatiguer. :-D
Je me suis toujours demandé pourquoi vous ne teniez pas un blog.
Cardinal de Hère
2017-11-23 12:13:37 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by K.
Dans le triangle mimétique (le *sujet* désire *l'objet* que son
*modèle* lui désigne comme désirable) le sujet est littéralement
possédé par son modèle. Et quand l'objet disparaît, c'est-à-dire quand
le désir atteint le stade de la médiation interne, le modèle devient
rival et il ne reste plus que la possession de l'esprit du modèle par
son rival. Au stade ultime, celui des doubles mimétiques
indifférenciés, le rival est à son tour possédé par le sujet ou plutôt
devrait-on dire les sujets sont possédés par les adversaires et les
adversaires en tant que sujets sont possédés par les sujets en tant
qu'adversaires.
http://youtu.be/_zeza1xeWKM
L'objet ne compte presque plus, il finit dans le caniveau. L'objet n'a
de valeur pour le sujet que parce que son modèle le désire. C'est la
définition même de la possession : le sujet est hanté par son modèle
devenu rival dans l'extrait de Blow Up.
La thèse de Girard rappelle à quel point l'imitation des autres et le
conformisme déterminent nos comportements, ce qui est bien connu et
exploité par les publicitaires.
Vrai pour les publicitaires. C'est même le degré le plus bas de
l'imitation envieuse, ce que Girard appelle la médiation externe. La
distance entre le sujet et son modèle est immense. Le modèle est vénéré
comme un dieu, une idole. Et le sujet désire l'objet que son modèle
affecte de désirer. Et ce désire n'entraîne aucune rivalité puisqu'il
est justement proposé à la vente. Hélas le sujet retombe très vite dans
sa frustration, il se rend compte que l'objet acquis ne lui apporte pas
cet Absolu tant désiré. Et il se met à rechercher un autre modèle, plus
combatif, prêt à se battre pour garder sa femme et justement cette
violence du modèle est gage que l'objet en vaut vraiment la peine. Je
vais très vite bien sûr parce que le sujet procède par gradations
infimes. Mais à chaque frustration nouvelle il se met en quête d'un
nouveau modèle.

Par contre ce n'est pas du conformisme. Girard n'a pas réussi à faire la
jonction entre la théorie mimétique et la théologie catholique. C'est là
l'un de mes deux grands apports à cette théorie mimétique. La théologie
catholique énonce que l'homme a par nature le désir de voir Dieu, qu'il
a une conscience douloureuse de son incomplétude et qu'il est programmé
pour chercher ce qui lui manque. C'est ce qui est appelé dans les Actes
"l'aiguillon de la chair" qui tenaille Saul, le futur Paulus, dressé
avec courroux contre le Christ.

Quand l'homme se détourne volontairement de Dieu il se prive de la seule
"chose" qui puisse étancher la soif d'absolu qui le dévore et il se
condamne à la frustration. Il cherche alors hors de lui ce dont il se
sait privé. Et il se met à guetter les signes de satisfaction chez ses
congénères humains, les interprétant comme la preuve que quelqu'un
possède cet absolu qui se dérobe à lui. Le désir de voir Dieu se fait
alors envieux. Ce qu'on appelle désir mimétique c'est ce désir de voir
Dieu, aliéné dans le refus de Dieu, ce désir fondamentalement jaloux et
envieux.
Post by K.
L'expérience d'Asch, réalisée en 1951, est à ce titre intéressante en ce
qu'elle démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un
individu au sein d'un groupe.
Ce n'est plus simplement ici le désir, la convoitise, mais notre propre
"Expérience de Asch , le conformisme"
http://youtu.be/7AyM2PH3_Qk
L'imitation porte sur tout, aussi bien la possession d'un objet qu'une
manière de fumer sa cigarette, qu'un comportement conformiste ou de
révolte. Car le désir envieux finit toujours dans la révolte contre les
codes sociaux. Je renvoie aux ouvrages de Girard cités dans le fil.
Post by K.
Dans Des choses cachées depuis la fondation du monde Girard dialogue
avec deux psychiatres. L'un des deux compare le mal que se font
certains "possédés" à un auto-sacrifice. Le sujet serait à la fois son
propre sacrificateur et son propre bouc émissaire.
Il y a donc bien dédoublement de la personnalité du possédé, à la fois
bourreau et victime.
Tout à fait.
Post by K.
C'est typique de la construction mythique. Souvent les histoires de
complots sont des constructions mythiques.
Il est heureux que vous le reconnaissiez.
Je ne suis pas complotiste.
Post by K.
Le mythe est la relation d'une crise mimétique grave suivie de sa
conclusion sacrificielle, vue depuis le point de vue des lyncheurs.
Ils croient donc dur comme fer à la culpabilité et à la divinisation
des boucs émissaires lynchés. C'est la thèse de René Girard.
Selon la thèse de Girard, la CIA serait donc le bouc émissaire dans les
théories du complot relatives au projet MK-Ultra, de même que dans
celles l'accusant d'être derrière les attentats du 11/9.
Et ceux qui accusent le programme Apollo d'être une vaste supercherie
font de la NASA une victime expiatoire.
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à fabriquer des mythes à
partir de lynchages ou de sacrifices humains : mythe de la culpabilité
de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des civilisations, mythe du
gazage de la Gouta par l'armée de Assad, mythe des attentats de gauche
en Italie dans les années 60-80 etc. Je rappelle tout de même que c'est
Kadhafi qui s'est fait lyncher, pas Sarkozy, Obama, Netanyahou...
Post by K.
J'ai passé plus de 17 ans sur Usenet à écrire sur ces sujets dans
l'indifférence et l'incompréhension générales. Ce n'est vraiment pas
le bon public et je commence à fatiguer. :-D
Je me suis toujours demandé pourquoi vous ne teniez pas un blog.
Perte de temps, en France les intellectuels sont de gauche et ne
supportent pas ce que j'écris et les anti-intellectuels de droite et ils
me supportent encore moins.
Quidam, le chien propre
2017-11-23 12:19:22 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
mimétique
La thèse de Girard rappelle à quel point l'imitation des autres et le
conformisme déterminent nos comportements, ce qui est bien connu et
exploité par les publicitaires.
Vrai pour les publicitaires. C'est même le degré le plus bas de
l'imitation envieuse, ce que Girard appelle la médiation externe.
Post by K.
L'expérience d'Asch, réalisée en 1951, est à ce titre intéressante en
ce qu'elle démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un
individu au sein d'un groupe.
Ce n'est plus simplement ici le désir, la convoitise, mais notre
"Expérience de Asch , le conformisme"
http://youtu.be/7AyM2PH3_Qk
L'imitation porte sur tout, aussi bien la possession d'un objet qu'une
manière de fumer sa cigarette, qu'un comportement conformiste ou de
révolte. Car le désir envieux finit toujours dans la révolte contre les
codes sociaux. Je renvoie aux ouvrages de Girard cités dans le fil.
L'ascenseur :

--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Cardinal de Hère
2017-11-23 12:47:29 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Quidam, le chien propre
http://youtu.be/BgRoiTWkBHU
:-)
"René Groumal
2017-11-23 15:56:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Dans le triangle mimétique (le *sujet* désire *l'objet* que son
*modèle* lui désigne comme désirable) le sujet est littéralement
possédé par son modèle. Et quand l'objet disparaît, c'est-à-dire
quand le désir atteint le stade de la médiation interne, le modèle
devient rival et il ne reste plus que la possession de l'esprit du
modèle par son rival. Au stade ultime, celui des doubles mimétiques
indifférenciés, le rival est à son tour possédé par le sujet ou
plutôt devrait-on dire les sujets sont possédés par les adversaires
et les adversaires en tant que sujets sont possédés par les sujets en
tant qu'adversaires.
http://youtu.be/_zeza1xeWKM
L'objet ne compte presque plus, il finit dans le caniveau. L'objet
n'a de valeur pour le sujet que parce que son modèle le désire. C'est
la définition même de la possession : le sujet est hanté par son
modèle devenu rival dans l'extrait de Blow Up.
La thèse de Girard rappelle à quel point l'imitation des autres et le
conformisme déterminent nos comportements, ce qui est bien connu et
exploité par les publicitaires.
Vrai pour les publicitaires. C'est même le degré le plus bas de
l'imitation envieuse, ce que Girard appelle la médiation externe. La
distance entre le sujet et son modèle est immense. Le modèle est vénéré
comme un dieu, une idole. Et le sujet désire l'objet que son modèle
affecte de désirer. Et ce désire n'entraîne aucune rivalité puisqu'il
est justement proposé à la vente. Hélas le sujet retombe très vite dans
sa frustration, il se rend compte que l'objet acquis ne lui apporte pas
cet Absolu tant désiré. Et il se met à rechercher un autre modèle, plus
combatif, prêt à se battre pour garder sa femme et justement cette
violence du modèle est gage que l'objet en vaut vraiment la peine. Je
vais très vite bien sûr parce que le sujet procède par gradations
infimes. Mais à chaque frustration nouvelle il se met en quête d'un
nouveau modèle.
Par contre ce n'est pas du conformisme. Girard n'a pas réussi à faire la
jonction entre la théorie mimétique et la théologie catholique. C'est là
l'un de mes deux grands apports à cette théorie mimétique. La théologie
catholique énonce que l'homme a par nature le désir de voir Dieu, qu'il
a une conscience douloureuse de son incomplétude et qu'il est programmé
pour chercher ce qui lui manque. C'est ce qui est appelé dans les Actes
"l'aiguillon de la chair" qui tenaille Saul, le futur Paulus, dressé
avec courroux contre le Christ.
Quand l'homme se détourne volontairement de Dieu il se prive de la seule
"chose" qui puisse étancher la soif d'absolu qui le dévore et il se
condamne à la frustration. Il cherche alors hors de lui ce dont il se
sait privé. Et il se met à guetter les signes de satisfaction chez ses
congénères humains, les interprétant comme la preuve que quelqu'un
possède cet absolu qui se dérobe à lui. Le désir de voir Dieu se fait
alors envieux. Ce qu'on appelle désir mimétique c'est ce désir de voir
Dieu, aliéné dans le refus de Dieu, ce désir fondamentalement jaloux et
envieux.
Post by K.
L'expérience d'Asch, réalisée en 1951, est à ce titre intéressante en
ce qu'elle démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un
individu au sein d'un groupe.
Ce n'est plus simplement ici le désir, la convoitise, mais notre
"Expérience de Asch , le conformisme"
http://youtu.be/7AyM2PH3_Qk
L'imitation porte sur tout, aussi bien la possession d'un objet qu'une
manière de fumer sa cigarette, qu'un comportement conformiste ou de
révolte. Car le désir envieux finit toujours dans la révolte contre les
codes sociaux. Je renvoie aux ouvrages de Girard cités dans le fil.
Post by K.
Dans Des choses cachées depuis la fondation du monde Girard dialogue
avec deux psychiatres. L'un des deux compare le mal que se font
certains "possédés" à un auto-sacrifice. Le sujet serait à la fois
son propre sacrificateur et son propre bouc émissaire.
Il y a donc bien dédoublement de la personnalité du possédé, à la fois
bourreau et victime.
Tout à fait.
Post by K.
C'est typique de la construction mythique. Souvent les histoires de
complots sont des constructions mythiques.
Il est heureux que vous le reconnaissiez.
Je ne suis pas complotiste.
Post by K.
Le mythe est la relation d'une crise mimétique grave suivie de sa
conclusion sacrificielle, vue depuis le point de vue des lyncheurs.
Ils croient donc dur comme fer à la culpabilité et à la divinisation
des boucs émissaires lynchés. C'est la thèse de René Girard.
Selon la thèse de Girard, la CIA serait donc le bouc émissaire dans
les théories du complot relatives au projet MK-Ultra, de même que dans
celles l'accusant d'être derrière les attentats du 11/9.
Et ceux qui accusent le programme Apollo d'être une vaste supercherie
font de la NASA une victime expiatoire.
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à fabriquer des mythes à
partir de lynchages ou de sacrifices humains : mythe de la culpabilité
de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des civilisations, mythe du
gazage de la Gouta par l'armée de Assad, mythe des attentats de gauche
en Italie dans les années 60-80 etc. Je rappelle tout de même que c'est
Kadhafi qui s'est fait lyncher, pas Sarkozy, Obama, Netanyahou...
Post by K.
J'ai passé plus de 17 ans sur Usenet à écrire sur ces sujets dans
l'indifférence et l'incompréhension générales. Ce n'est vraiment pas
le bon public et je commence à fatiguer. :-D
Je me suis toujours demandé pourquoi vous ne teniez pas un blog.
Perte de temps, en France les intellectuels sont de gauche et ne
supportent pas ce que j'écris et les anti-intellectuels de droite et ils
me supportent encore moins.
C'est tellement farfelu mon pauvre Abourick.
Ta mégalomanie ne supporte guère le dédain qui frappe tes élucubrations
délirantes.
--
Un fanatique est réfractaire à toute réfutation par les faits et la
logique car il choisi de vivre dans la haine sans égard pour les faits
et la logique
Venance
2017-11-23 15:59:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à
fabriquer des mythes à partir de lynchages ou
de sacrifices humains : mythe de la culpabilité
de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des
civilisations, mythe du gazage de la Gouta par
l'armée de Assad, mythe des attentats de gauche
en Italie dans les années 60-80 etc. Je
rappelle tout de même que c'est Kadhafi qui
s'est fait lyncher, pas Sarkozy, Obama,
Netanyahou...
Voulez-vous dire que la CIA a cherché à déifier
Kadhafi ?
Cardinal de Hère
2017-11-23 17:08:11 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Venance
Post by Cardinal de Hère
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à
fabriquer des mythes à partir de lynchages ou
de sacrifices humains : mythe de la culpabilité
de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des
civilisations, mythe du gazage de la Gouta par
l'armée de Assad, mythe des attentats de gauche
en Italie dans les années 60-80 etc. Je
rappelle tout de même que c'est Kadhafi qui
s'est fait lyncher, pas Sarkozy, Obama,
Netanyahou...
Voulez-vous dire que la CIA a cherché à déifier
Kadhafi ?
Oui, comme dieu mauvais. Idem pour Lénine, Staline, Trotski etc qui
étaient certes des salauds mais pas plus que les présidents et hommes
d'affaires américains.
K.
2017-11-23 18:14:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
Dans Des choses cachées depuis la fondation du monde Girard dialogue
avec deux psychiatres. L'un des deux compare le mal que se font
certains "possédés" à un auto-sacrifice. Le sujet serait à la fois son
propre sacrificateur et son propre bouc émissaire.
Il y a donc bien dédoublement de la personnalité du possédé, à la fois
bourreau et victime.
Tout à fait.
Pourtant, vous écriviez "il n'y a pas de double", un peu plus haut, à
propos de la scène de possession avec Adjani. Or, le double existe dès
qu'il y a possession.
Post by Cardinal de Hère
Je ne suis pas complotiste.
Prouvez-le en abjurant vos erreurs.
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Selon la thèse de Girard, la CIA serait donc le bouc émissaire dans les
théories du complot relatives au projet MK-Ultra, de même que dans
celles l'accusant d'être derrière les attentats du 11/9.
Et ceux qui accusent le programme Apollo d'être une vaste supercherie
font de la NASA une victime expiatoire.
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à fabriquer des mythes à
partir de lynchages ou de sacrifices humains : mythe de la culpabilité
de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des civilisations, mythe du
gazage de la Gouta par l'armée de Assad, mythe des attentats de gauche
en Italie dans les années 60-80 etc. Je rappelle tout de même que c'est
Kadhafi qui s'est fait lyncher, pas Sarkozy, Obama, Netanyahou...
Mais en créant des mythes qui accusent la CIA d'être à l'origine de
tous ces complots, la CIA ne se prend-elle pas les pieds dans le tapis ?
Si je devais élaborer un complot, il me semble que je m'arrangerais pour
faire porter le chapeau à un autre que moi-même.

La CIA apparaît comme le bouc émissaire tout désigné. Et le
harcèlement qu'elle subit de la part de tous ceux qui l'accusent parle
plutôt sa faveur.
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Je me suis toujours demandé pourquoi vous ne teniez pas un blog.
Perte de temps, en France les intellectuels sont de gauche et ne
supportent pas ce que j'écris et les anti-intellectuels de droite et ils
me supportent encore moins.
C'est justement parce que personne ne vous supporte que ce serait une
bonne solution.
Cardinal de Hère
2017-11-23 18:49:36 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
Tout à fait.
Pourtant, vous écriviez "il n'y a pas de double", un peu plus haut, à
propos de la scène de possession avec Adjani. Or, le double existe dès
qu'il y a possession.
On ne voit pas le double, il n'est pas montré. On voit Adjani se
trémousser mais ce n'est pas une scène de possession, juste one more
french beaufery ! :-D
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
Je ne suis pas complotiste.
Prouvez-le en abjurant vos erreurs.
Je ne suis pas complotiste parce que ce qui pourrait apparaître comme le
complot majeur de notre époque, le mondialisme, n'en est pas un. Tout
est public, annoncé longtemps à l'avance. Le dernier livre de Pierre
Hillard contient plus de 600 références avec des sources publiques.

Exemple : quand au début des années 2000 Pierre Hillard parlait de
l'union transatlantique tout le monde le traitait de complotiste alors
qu'il donnait une référence qui date de 1939, Union Now de Clarence
Streit, plus des références archi-officielles de la Commission
Européenne. Les gens sont très bêtes, ils placent leur confiance dans
des margoulins qui les regardent droit dans les yeux et leur disent :
"l'Union Transatlantique, c'est du complotisme". Et ils le croient. Et
quand Obama en personne se met à parler du TTIP, tous les journalistes
qui la vieille encore hurlaient au complotisme se mettent à expliquer
doctement que le projet qui hier encore relevait du complotisme est bien
avancé. Et le plus drôle c'est que c'est OK pour les Français ! :-D
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
L'un des principaux boulots de la CIA consiste à fabriquer des mythes
à partir de lynchages ou de sacrifices humains : mythe de la
culpabilité de ben Laden et de al Qaida, mythe du choc des
civilisations, mythe du gazage de la Gouta par l'armée de Assad, mythe
des attentats de gauche en Italie dans les années 60-80 etc. Je
rappelle tout de même que c'est Kadhafi qui s'est fait lyncher, pas
Sarkozy, Obama, Netanyahou...
Mais en créant des mythes qui accusent la CIA d'être à l'origine de tous
ces complots, la CIA ne se prend-elle pas les pieds dans le tapis ? Si
je devais élaborer un complot, il me semble que je m'arrangerais pour
faire porter le chapeau à un autre que moi-même.
Il suffit de raconter des bobards du genre : "le 911 c'était des mini
nukes" ou encore "le 911 c'était des armes à énergie totalement
inconnues". Ça ne sert à rien de combattre la suspicion par des
arguments rationnels. Mieux vaut raconter des conneries sans queues ni
tête que les crétins se chargeront de propager. Il y aura tellement de
bruit que personne ne sera plus capable de reconnaître la vérité.
Post by K.
La CIA apparaît comme le bouc émissaire tout désigné. Et le harcèlement
qu'elle subit de la part de tous ceux qui l'accusent parle plutôt sa
faveur.
Post by Cardinal de Hère
Perte de temps, en France les intellectuels sont de gauche et ne
supportent pas ce que j'écris et les anti-intellectuels de droite et
ils me supportent encore moins.
C'est justement parce que personne ne vous supporte que ce serait une
bonne solution.
C'est important de dire la vérité, surtout si elle est insupportable car
elle constitue un témoignage contre les menteurs.
K.
2017-11-24 03:43:12 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Pourtant, vous écriviez "il n'y a pas de double", un peu plus haut, à
propos de la scène de possession avec Adjani. Or, le double existe dès
qu'il y a possession.
On ne voit pas le double, il n'est pas montré.
Il n'en est pas moins présent.
Post by Cardinal de Hère
On voit Adjani se trémousser mais ce n'est pas une scène de possession,
juste one more french beaufery ! :-D
Il paraît qu'Andrzej Zulawski ne lui aurait donné aucune directive avant
de tourner la scène. Il lui aurait simplement dit : "Lâche-toi, sois
naturelle."

Et voilà le résultat :

Post by Cardinal de Hère
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
Je ne suis pas complotiste.
Prouvez-le en abjurant vos erreurs.
Je ne suis pas complotiste parce que (...)
Je ne vous demande pas de vous justifier mais d'abjurer.

Je ne connais pas une seule théorie du complot, depuis qu'Internet
existe, qui n'ait reçu votre assentiment enthousiaste.
Post by Cardinal de Hère
Il suffit de raconter des bobards du genre : "le 911 c'était des mini
nukes" ou encore "le 911 c'était des armes à énergie totalement
inconnues". Ça ne sert à rien de combattre la suspicion par des
arguments rationnels. Mieux vaut raconter des conneries sans queues ni
tête que les crétins se chargeront de propager.
Du genre "les tours du WTC ont été détruites par démolition
contrôlée" ou "les Américains ne sont jamais allés sur la lune".
Post by Cardinal de Hère
Il y aura tellement de bruit que personne ne sera
plus capable de reconnaître la vérité.
Le bruit, c'est surtout dans votre tête. Il faudrait changer toute la
tuyauterie.
Post by Cardinal de Hère
C'est important de dire la vérité, surtout si elle est insupportable car
elle constitue un témoignage contre les menteurs.
Beaucoup de visionnaires n'ont pas été reconnus de leur vivant. Vous
devriez écrire vos mémoires posthumes.
Cardinal de Hère
2017-11-24 05:26:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
On ne voit pas le double, il n'est pas montré.
Il n'en est pas moins présent.
C'est comme une peinture abstraite censée représenter Macron. Ça ne
ressemble à rien mais le peintre jure que c'est Macron. C'est un acte de
foi qui n'engage que lui.
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
Il suffit de raconter des bobards du genre : "le 911 c'était des mini
nukes" ou encore "le 911 c'était des armes à énergie totalement
inconnues". Ça ne sert à rien de combattre la suspicion par des
arguments rationnels. Mieux vaut raconter des conneries sans queues ni
tête que les crétins se chargeront de propager.
Du genre "les tours du WTC ont été détruites par démolition contrôlée"
ou "les Américains ne sont jamais allés sur la lune".
Ce n'est pas du complotisme. La première proposition a été démontrée par
Leroy Hulsey et la seconde est évidente : si les Américains étaient
allés sur la Lune en 1969 ils y seraient encore aujourd'hui et d'autres
(Russes, Chinois, Indiens) y seraient également allés.
Post by K.
Post by Cardinal de Hère
C'est important de dire la vérité, surtout si elle est insupportable
car elle constitue un témoignage contre les menteurs.
Beaucoup de visionnaires n'ont pas été reconnus de leur vivant. Vous
devriez écrire vos mémoires posthumes.
C'est inutile, ce qui est dit aujourd'hui et sera perdu demain sera
retrouvé par de nombreux autres après-demain. La gloire individuelle
n'est rien. Ce qui compte c'est le témoignage, non pas ici bas mais au
Jugement.

Loading...